NATIONAL - L'AN 01


National (J 27) - Reims-Fréjus : 0-1 (2e - 50 pts)

05-03-10



Une vidéo de Paolo 92


"Ca s'arrose !" - En maillot fluo, à manches courtes de surcroît, alors que le thermomètre affichait une température négative, les Varois débutaient sans complexe cette première de l'histoire du club étoiliste dans la mythique enceinte de Delaune.
Si Di Tommaso n'exploitait pas une bourde du jeune Deaux (1re), les Rémois (11 buts à la maison lors des 4 derniers matchs) jouaient dans le camp visiteur. Cependant, le 5-4-1 mis en place par Athos Bandini embrouillait l'attaque marnaise et Moulin n'avait pas vraiment à s'employer.
Seul en pointe, Di Tommaso, bien alimenté par Orinel, Fajr et Ramos, perturbait l'arrière-garde locale.
Après un tir sans angle capté par Ferrand, le Numéro 21 remisait astucieusement pour Barrau dont la frappe du gauche lobait le portier stadiste (19e).

BARRE CONTRE BARRE !

Perturbés, les hommes de Marc Collat déjouaient et s'attiraient les foudres de leur exigeant public.
Sur coup franc de Gragnic, la reprise de la tête de Deaux tutoyait la barre (30e) puis Fortes perdait son duel dans la surface devant un impeccable Moulin (32e). Sur le renvoi, c'était au tour d'Orinel de trouver la transversale alors que Ferrand semblait battu. Jusqu'à la pause, l'Étoile conservait son mince avantage totalement mérité.
Les Champenois reprenaient l'initiative dès le retour sur le terrain. Faute de se créer de véritables occasions, ils accumulaient les corners sans trouver la faille.
Servi dans un mouchoir par Di Tommaso, Boronad trompait Ferrand mais le suppléant était signalé hors jeu (57e).
Pour secouer son équipe, le coach rémois lançait deux attaquants de couloir, sans réel effet, car Fauré et les siens se montraient trop brouillons.

UN JEU A LA RÉMOISE...

Les Varois, à la rémoise, par petites passes, gagnaient du temps intelligemment.
Alors que M. Millot annonçait 4 minutes de temps additionnel, Moulin, en deux temps, évitait le retour des Stadistes. Faisant part d'une grande maîtrise technique, les joueurs de l'Étoile FC conservaient leur petit but d'avance et confirmaient leur succès de l'aller (2-0).
Chapeau messieurs et... champagne !
L'expérimenté ex-Brestois Guegan avait pourtant prévenu ses partenaires : « Il faudra se méfier se méfier de cette équipe qui va débarquer à Delaune sans pression et tenter de réussir un gros coup ».
Richard Gaud


LES BUTS

18e - 0-1 Barrau - Fréjus est une équipe réputée hermétique en défense et redoutable en contre. Autrement dit, mieux vaut éviter de lui laisser ouvrir le score... Une petite talonnade de Johan Di Tommaso pour Xavier Barrau a suffi à destabiliser la défense rémoise, peu sollicitée jusque là. Embusqué aux 6 mètres, le milieu varois a pu armer sa frappe sans opposition et expédier le ballon dans le petit filet.

30e - Partie de billard sur la pellouse de Delaune. Coup-franc de Gragnic côté droit pour la tête de Krychowiac qui place le ballon sur la transversale de Fréjus (30e); Face à face Fortes-Moulin gagné par le gardien varois (31e); Frappe côté gauche de Xavier Barrau qui s'écrase sur la transversale rémoise (32e).


Et ce sera tout ! Reims a déjoué pendant 94 minutes (temps additionnel inclus) contre une équipe varoise qui n'avait pas gagné depuis mi novembre. Marc Collat savait que son équipe aurait trop peu d'occasions. Elle n'en a eu aucune...


La Loi de la Jungle selon le KMR -
"Coup de froid sur Delaune", a titré L'union après la défaite du Stade de Reims, la veille, contre Fréjus. "Coup de froid sur le terrain, mais coup de chaud dans la tribune Batteux", ajoute un spectateur en colère.

"On a failli en venir aux mains avec certains supporters du KMR (NDLR : Kop mythique rémois) qui nous empêchaient de voir le match avec leurs banderoles. Ce n'est pas la première fois que ça arrive mais là, ça a dépassé les bornes. Vendredi, on n'a pas vu le but de Fréjus, ni la remise en jeu. On a demandé aux supporters qui agitaient les banderoles de les baisser un peu. En réponse, on a reçu des injures, des doigts d'honneur. Certains sont même montés dans les rangées pour nous emm… davantage. Ils sont venus au contact. Plus on protestait, plus ils nous provoquaient.

J'ai vu des anciens de 60-70 ans prêts à en découdre tellement ils en avaient marre. Les stadiers ont dû s'interposer pour éviter la bagarre. Ça ne peut plus durer comme ça. On prend un abonnement à l'année pour voir un spectacle, et on ne voit rien. Les responsables du Stade de Reims doivent faire le nécessaire pour que cela cesse."


 
 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

Stade de Reims - Le Webzine