AMIENS - STADE DE REIMS : 1-1

Dossevi 63e pour REIMS
Camara 93e (sp) pour Amiens


Quand on a fixé la Somme
on fait ses comptes


Le sort de Reims est lié au comportement de Sedan contre Angers




Il fallait un point aux Amiénois pour se maintenir en Ligue 2. Ils l'ont obtenu à la 93e sur penalty. Reims espérait récupérer un petit point de bonus avant d'aborder ses deux matches de survie contre Clermont puis Créteil. C'est fait également. Drôle de match tout de même, à l'issue duquel tout le monde est content et dont on avait quasiment pressenti le résultat.

Angers-Brest
1-0
Clermont-Créteil
0-1
Nancy-Le Havre
1-0



Sans peur et sans reproches
15-05-05 - Toute personne ayant effectué le déplacement à Amiens (1-1) pourra le confirmer : certains soirs, on aimerait ne plus s'intéresser au football ni au Stade de Reims. Car ce sport est aussi beau qu'il est cruel, comme nous en avons eu plusieurs fois l'illustration cette saison.
Pourtant, on ne peut pas dire que l'égalisation picarde fut une surprise. À la mi-temps, les supporters ne parlaient que de cela : avait-on déjà vu une équipe recevante peu à l'aise au point de chercher systématiquement le pénalty ? Il était écrit que M. Jaffredo finirait par siffler… même à 30 secondes de la fin. Pourtant, personne n'accablait, à la sortie de la Licorne, l'équipe rémoise. " S'ils avaient joué comme ça toute la saison…" entendait-on fréquemment.
Question importante : y a-t-il eu un effet Tiburce Darou ? Incontestablement, oui. À part deux éléments, visiblement peu émus par le sort du Stade de Reims, les Rémois se sont battus comme des lions face à une équipe que l'on pensait supérieure. Même si la seconde mi-temps fut difficile, Reims a paru sans peur et sans reproches. Et l'image de Dossevi montrant fièrement son maillot au public après son but confirme que l'équipe a encore la rage de vaincre.
En observant la prestation et l'envie de plusieurs ex-bannis, on ne peut que regretter les jugements hâtifs qui ont été portés sur certains joueurs par le staff technique. En clair, Haddadou, Tingry, Farsanne, Petitjean ou encore Ribas (avant sa grave blessure) méritaient-ils d'être traités comme des joueurs de Division d'Honneur ?
Mais l'heure n'est pas au bilan. Celui-ci risque d'être cinglant si l'objectif n'est pas atteint. Et comme certaines équipes ont visiblement "la tête ailleurs" et permettent aux relégables de marquer des points, il faudra sans doute que Reims en prenne encore 4, voire 6 pour se maintenir. Autant dire qu'une victoire contre Clermont est impérative.
Avec la motivation affichée à Amiens et le soutien du public, tout est encore possible. E.B.






Le direct

PREMIERE PERIODE

- C'est parti à Amiens, devant plus de 8.000 spectateurs (8.336 exactement), dont 400 supporters rémois. Et c'est Reims qui fait délibérément le jeu dans ces premières minutes. Sur une action orchestrée par Dossevi, Petijean a déjà placé une tête au ras de la tranversale. Mais, il ne faut cependant pas s'enflammer : les Rémois ont l'habitude de démarrer leurs matches pied au plancher avant de décliner ensuite.

- 6e - Diané, seul dans la surface, hérite du ballon. Le but est vide. Il frappe mais Bouzin parvient à dagager en corner.

- Etat des lieux : si Reims gagnait ce soir, il reviendrait à la hauteur des Picards. En revanche, un seul petit point suffirait aux Amiénois pour assurer leur maintien en L2.

- 12e - Les Amiénois ne semblent pas en verve en ce début de match. Pour le moment, leur seule attaque véritablement digne de ce nom est signée Baldé, accroché à la limite de la surface, sans que l'arbitre ne bronche.
- 15e - Petit à petit les débats s'équilibrent à la Licorne où, il faut bien l'avouer, il n'y a pas vraiment de raisons de s'enflammer.
- 20e - Les Picards n'oopposent pas une farouche résistance. Didot, laissé très libre par la défense amiénoise, prend sa chance à l'entrée de la surface. Sa frappe pied gauche frôle le montant de Merville.
Autre bonne nouvelle pour les Champenois : Amara Diané semble plutôt "volontaire" ce soir.
- 25e - La défense amiénoise montre des signes manifestes de fébrilité, ce qui profite aux Champenois. C'est bien Reims qui domine les débats ce soir. Témoin, ce nouveau coup-franc de Didot aux 25 mètres qui ne donne cependant rien.
- 28e - Incursion amiénoise. Dia pour Ewolo qui pénètre en dribbles dans la surface rémoise. Mais le milieu de terrain picard en fait un peu trop et la défense rémoise peut se dégager.
- 30e - Cette première demi-heure a été clairement rouge et blanche. La pression rémoise est sensible. Témoin, ce nouveau tir de Thomas Dossevi qui vient conclure un bon mouvement. Pour autant, ce n'est pas du grand spectacle à la Licorne. Amiens n'est guère inspiré. Il n'y a pas encore eu un seul ballon dangereux sur la cage de Tingry.
- 36e - Diané lance Didot, mais le milieu rémois dévisse en voulant centrer.

- 39e - Tingry sauve Reims ! Baldé se présente seul face à Tingry qui parvient à détourner en corner du bout du pied. Le corner ne donne rien.
- C'est la mi-temps. Les Rémois ont dominé cette première période, mais il y avait trop de déchets dans la finition - et un trop bon Merville dans les buts - pour qu'ils puissent débloquer le tableau d'affichage. Quelques secondes avant que Lionel Jaffredo ne siffle la pause, le gardien amiénois a d'ailleurs dû dégager des deux poings devant les attaquants rémois, exhortés à aller continuellement de l'avant par Jean-Claude Cloet, la voix de Tibruce sur le terrain.

"Un résultat équitable"


DEUXIEME PERIODE
- Le match a repris à La Licorne, sous les yeux des émissaires d'Anderlecht et Strasbourg (toujours les mêmes) venus superviser Diané.
Les Rémois sont repartis sur les mêmes bases et avec le même état d'esprit, face à des Amiénois toujours aussi timorés.
- 4e - Coup-franc à l'entrée de la surface, légèrement excentré sur la gauche, mais Delmotte n'attrape pas le cadre.
- 5e - Titi Camara s'effondre dans la surface. Lionel Jaffredo ne bronche pas.
- 9e - Amiens monte en puissance, sous l'impulsion de Diaw, Camara et Baldé. Chabert, lui aussi, tente sa chance de loin.
- 11e - Les Amiénois sont maintenant beaucoup moins maléables et les Rémois commencent à avoir des difficultés à franchir la ligne médiane.
- 13e - Nouveau sauvetage de Tingry - Corner de Diaw très bien tiré. Superbe intervention de Tingry qui parvient à sauver les siens en captant le ballon au milieu d'une forêt des têtes et des jambes amiénoises.
63e - 0-1 Contre rémois et bévue défensive picarde : Reims ouvre le score. A la suite d'une grossière erreur défensive, Thomas Dossevi se retrouve face à Merville qu'il crucifie. Tous les défenseurs picards sont restés figés, laissant l'attaquant rémois filer au but sans opposition.
- 64e - Farssane entre en jeu. Cloet voudrait-il corser l'addition ?!
- 65e - Nouvelle incursion de Dossevi, fauché par Lebrun qui hérite d'un carton jaune.
- Le ton se durcit à la Licorne et les cartons fleurissent. Haddadou et Cazarelly ne sont pas en reste. Dans les tribunes les "On est chez nous !" des Rémois répondent aux "Dupont démission !" des Amiénois. Un classique !
- 72e - Très très chaude action sur les buts rémois. A la suite d'un corner, Titi Camara allume Tingry qui repousse. Le ballon revient sur Dia qui reprend sans contrôle. Cazarelly dégage sur la ligne.
- 76e - Najib Farsanne hérite, lui aussi, d'un carton jaune.
- 77e - Dossevi, le meilleur buteur rémois, sort. Il est remplacé par Hebbar... ou son hologramme. Avec ce joueur astucieux, on ne sait jamais (immédiatement) lequel est vraiment présent sur le terrain. Avec le lundi de Pentecôte à rattraper, j'oserais presque suggérer qu'il a encore délégué son image tridimensionnelle pour faire le boulot à sa place.
- 80e - Les Rémois souffrent mais ne cèdent pas.
- 82e - Coup-franc. Tête d'Abalo sur le poteau, alors que Tingry était largement battu et que le but était grand ouvert.
- 93e - 1-1 Penalty pour Amiens à la suite d'une faute incontestable de Delmotte sur Custovic, entré en jeu quelques minutes auparavant. Il est transformé par Camara
Curieux match ! En tout cas, le Reims-Clermont de la semaine prochaine s'annonce saignant.

 

 


AMIENS - STADE DE REIMS




Pour qui le jour de chance ?

A suivre
Angers-Brest - Nancy-Le Havre - Clermont-Créteil (samedi)
 


Diané a retrouvé son explosivité

Ce vendredi 13, le Stade abattra l'une de ses dernières cartes bonus sur la pelouse de la Licorne, avant d'en découdre avec ses deux rivaux directs, Clermont puis Créteil. Tel que nous le décrit Guillaume, grand supporter de l'ASC devant l'Eternel et auteur du blog d'actu du club, Amiens est, en quelque sorte, l'alter-ego du Stade de Reims version 2004-2005. Entendez par là que son image est floutée par le manque d'ambition, que ses joueurs ne sont guère motivés, qu'il s'apprête à renouveler profondément son effectif et que son public est désabusé.
Au plan comptable, la situation des sulfureux Picards n'est guère plus enviable. Si les Rémois venaient à gagner à la Licorne, ils reviendraient même à leur niveau. En revanche, un score de parité ferait les affaires de tout le monde semble-t-il. Confirmation à 21h45... Croyez-vous au Père Noël ?


Le groupe rémois - Tingry, Balijon - Barbier, Comminges, Houche, Delmotte, Haddadou - Boutal, Cazarelly, Didot, Petitjean, Hebbar - Dossevi, Viale, Diané, Farsanne.




"Amiens, c'est le Père Noël"

Interview de Guillaume (blog Amiens)


Djezon Boutoille, Arnaud Lebrun, Fahid Ben Khalfallah.
On en reparlera de ces trois là.


LireLes interview croisées Amiens/Reims

 

Défaites à Niort et Créteil, partage des points à domicile contre Clermont. Et tout cela en l'espace de trois semaines. Amiens est-il devenu le Saint-Bernard des mal classés ?
Amiens n'est pas devenu le Saint-Bernard des mal classés, c'est plutot le Pére Noël. C'est une habitude. Chaque année c'est pareil, en fin de saison nos joueurs se relâchent. Ils se la jouent tranquille et font toujours de beaux cadeaux aux mal classés que l'on peut rencontrer. C'est d'ailleurs très agaçant. A croire que nos joueurs pensent que la saison est déjà finie.
Ils doivent se battre sur le terrain jusqu'au dernier match, se faire plaisir et surtout nous faire plaisir. Il nous reste deux matchs à la Licorne, nous exigeons 2 victoires !

 

A force de dilapider des points, Amiens s'est quasiment placé dans l'obligation de gagner contre Reims pour éviter de plonger dans la zone rouge. Comment le club en est-il arrivé là ?
Nous en sommes arrivés là à cause d'une saison catastrophique. Il ne faut pas se le cacher, on a très peu vibré. Que ce soit a domicile ou en déplacement, on a toujours senti du relâchement dans le jeu de nos joueurs en cours de saison. Un jeu fébrile (surtout pendant les matchs aller). A force d'enchaîner les défaites et les matchs nuls, les voici obligés de se battre jusqu'au bout. Ils sont professionnels, ils se doivent de mouiller le maillot jusqu'à la fin du championnat. Alors, ils doivent s'imposer vendredi face au Stade de Reims.

 

Tout au long du championnat, Amiens a donné le sentiment de manquer d'ambition. S'agissait-il d'un choix délibéré de la direction du club en faveur d'une saison de transition ?
L'ASC manque d'ambition tous les ans. Chaque saison c'est la même chose, le seul objectif fixé par nos dirigeants est le maintien au plus vite. Est-ce comme cela qu'un club qui se dit avoir des ambitions doit réagir ?
Nos dirigeants sont installés dans le train-train de la L2 et y sont tranquilles. Ils ne nous donnent jamais l'impression de vouloir monter plus haut, d'emmener leur club, notre club, en L1.
Tous les ans, les supporters sont déçus. Tous les ans les supporters veulent croire à une possible montée en L1. Pourtant, ils retombent bien vite de leur petit nuage, car nous sommes vite repris par la triste réalité de notre club : des dirigeants qui ne font rien pour faire monter ce club, un recrutement à bas prix pour garder le plus d'argent possible dans les caisses, des joueurs qui ne mouillent pas toujours le maillot jusqu'à la fin du match, un public qui préfère siffler plutôt que d'encourager son équipe (à force on peut comprendre ce public, être déçu tous les ans ne donne pas forcément envie de soutenir l'Asc)
Bref, si personne n'y met du sien on ne pourra jamais réaliser le rêve de voir notre club, celui qu'on supporte, celui pour qui nous chantons à chaque match, celui qui est cher à nos yeux... accéder a l'élite, c'est-à-dire la L1 !

 

On parle d'une possible venue de Ben Khalfallah à Reims, en cas de maintien. Amiens est-il disposé à le laisser partir ?
D'après ce que j'ai pu entendre de sa propre bouche, Fahid Ben Khalfallah ne portera plus le maillot amiénois la saison prochaine. Amiens sera sûrement disposé, hélas, à le laisser partir, et pourquoi pas à Reims, oui !
Fahid est un grand joueur. Il a toujours mouillé le maillot amiénois. Il s'est toujours battu sur le terrain pour donner la victoire à son club. Il a fait preuve de patience quand Alex Dupont ne le faisait plus jouer avant le mercato. Il faut comprendre son départ. Un joueur qui veut réussir ne restera pas dans un club sans ambition et où on le fait trop peu jouer.
Il aura laissé de bons souvenirs à l'ASC et nous l'en remercions.

 

Combien de joueurs sont en fin de contrat à l'ASC ?
Il y en a une dizaine. Le club n'aurait pour l'instant fait qu'une seule proposition pour renouveler un contrat : celui de Cyril Merville, notre jeune gardien qui était notamment convoité par Le Mans.
Dans la liste des fins de contrat on peut citer Arnaud Lebrun, Titi Camara, Yaovi Abalo, Fabrice Do Marcolino, Oscar Ewolo, Alexandre Clément... Certains de ces joueurs vont laisser un gros vide à Amiens s'ils ne sont pas prolongés. Je pense à Lebrun, Abalo ou encore Ewolo. Ces joueurs portent le maillot amiénois depuis pas mal de saisons. Ils ont l'amour du maillot. Ils se battent pour ce maillot. Et voir que nos dirigeants ne leurs ont pas encore fait de proposition, encore une fois on peut se dire que notre club n'a pas d'ambition. C'est une grosse erreur de laisser partir des joueurs comme eux !

 

Après des débuts assez probants en janvier, lorsqu'il a quitté Amiens pour Reims, Cazarelly déçoit un peu. Cela vous surprend-t-il ?
Je ne suis pas surpris. Cazarelly a toujours été assez inconstant à l'ASC. Il était capable du pire comme du meilleur. Il voulait quitter le club, c'est son choix. L'Asc l'a laissé partir.




Seule défaite enregistrée : 31 mars 2001 en Coupe de France.


Les dernières confrontations
L'ASC, un bon client
3 décembre 2005
14 juillet 2004
5 avril 2003
2 novembre 2002
31 mars 2001

 

 

 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com