CRÉTEIL - STADE DE REIMS : 4-0

Rui-Pataca 2e
Périnelle 32e
Dobo 70e
Boulebda 75e

Syndrome Chenut ou syndrome "FDG" ?


Et Rui Patatras !


 


Pour le Stade de Reims, ce dernier match à Créteil a été à l'image de la saison. Une prestation plutôt honnête, quelques occasions franches que l'on vendange et une défense gruyère qui encaisse tout ce qui bouge. La charnière centrale Barbier-Houche a été particulièrement pitoyable ce soir. Elle aura, en tout cas, fait avec ses moyens, limités. Et que dire de Leroy, sorti après quelques minutes de jeu seulement, tant il était à la dérive.
Mais, il est un peu tard pour critiquer cette équipe. Mieux vaut positiver. Je n'ajouterai donc rien, sinon "bonnes vacances et vivement le prochain groupe"...

 

Le direct

PREMIERE PERIODE

2e 1-0 - Rui-Pataca . Et Rui Patatras ! Ca commence sur les chapeaux de roues à Créteil, avec une bourde énorme d'Olivier Tingry, lui qui avait été tout bonnement prodigieux la semaine dernière, sauvant même l'équipe à plusieurs reprises face aux assauts des Clermontois.
Ce soir, c'est une autre histoire. Un dégagement au pied raté, une mésentente avec la défense qui (il faut bien le dire) ne l'a pas beaucoup aidé sur l'action, et Rui-Pataca n'a eu qu'à pousser le ballon venu de la droite dans le but vide, déserté par son gardien. Heureusement, ce match est sans enjeu.

Christophe Delmotte : "On a commencé de la pire des façons. A partir de là, les dés étaient pipés. On a eu quand même pas mal d'occasions mais il nous a manqué de la réussite"

- 30e - Ce match ne devrait pas faire date mais il est néanmoins plaisant à suivre, d'autant que la présence de quelque 300 Rémois, conjuguée à une distribution généreuse d'invitations aux clubs du Val-de-Marne, permet de créer une ambiance plus chaleureuse qu'à l'habitude à Duvauchelle.
Tingry s'est bien repris après sa bourde initiale, puisqu'il a mis par deux fois Rui-Pataca en échec, alors que la défense était en promenade.
De l'autre côté du terrain, les deux futurs ex-Rémois, Petitjean et Viale, auraient pu - quant à eux - signer leur départ par un petit but. Sur une tête plongeante de Viale, bien servi par Petijean.
32e 2-0 - Périnelle. Coup-franc indirect et 2-0 pour Créteil. Périnelle, le latéral droit de Créteil, placé en embuscade, hérite d'un ballon venu de la gauche et trompe imparablement Tingry. Les Rémois, décidément, ont été bien inspirés de faire la différence la semaine dernière. Mais il est vrai, Tiburce (que Robert Pires avait amené à Reims pour la bonne cause) a quitté la Champagne...
Après le match couperet contre Clermont, les Rémois décompressent. Il faut dire aussi que les partants sont nombreux dans ce groupe, à commencer par l'entraîneur, Jean-Claude Cloet, remercié "sèchement" cette semaine, selon ses propres termes. "J'aurais aimé un peu plus de considération" confiait-il hier. Mais, il faut bien avouer que ce départ n'a rien d'une surprise, y compris pour l'intéressé, puisque Thierry Froger débarque à Reims avec son adjoint.


Jean-Claude Cloet : "J'aurais évidemment préféré finir sur une meilleure performance. Mais le match de ce soir est à l'image de notre saison. On fait du jeu, on se crée des occasions mais on ne parvient pas à marquer. Au contraire, on fait de grosses erreurs individuelles qui nous coûtent cher à chaque fois."

Quant aux joueurs, la liste des futurs-ex s'allonge chaque jour : Diané, Ribas, Leroy, Arnaud, Petitjean, Haddadou, Dambury, Boutal, Walter, Viale... Et ce n'est pas exhaustif. Dossevi lui-même est concerné.
Une fin de saison classique, en somme, pour une équipe qui sera entièrement à reconstruire avant le mois d'août.

DEUXIEME PERIODE.
- Un quart d'heure de jeu à Duvauchelle et l'on pourrait presque faire du repassage entre les annotations, tant cette partie est fertile en rebondissements. Juste quelques petites occasionnettes deci-delà, rien de plus.
- 70e 3-0 - Dobo. Et bien voilà qui a le mérite de nous réveiller. Superbe geste technique de Dobo qui reprend le ballon de volée à l'entrée de la surface et l'expédie dans le petit filet opposé d'Olivier Tingry, un peu vert sur le coup.
Attention ! Les Rémois ne sont pas à la rue pour autant. Is sont, tout simplement, inefficaces. Mais ça, on a l'habitude.
Ils sont d'ailleurs tellement soucieux de retrouver leurs vieilles habitudes, depuis que Tiburce a tourné les talons, que Ladislas Lozano a repris place le banc, en observateur (?!). En effet, il n'a assisté à aucun match à Delaune depuis son éviction mais il est à Duvauchelle ! Et il ne porte pas chance... C'est le moins que l'on puisse dire.
- 75e 4-0 Boulebda - La preuve ! Boulebda se présente dans la surface, côté gauche, et trompe Tingry sans aucune opposition. Cette fois, on peut le dire, les Rémois sont bel et bien à la rue. Lozano ne doit pas être dépaysé. D'autant que les Stadistes ont failli en encaisser un cinquième sur un lob astucieux d'Aubanel.
Ca commence à être assez lourd. Et pourtant, contrairement aux apparences du score, Reims fait plutôt bonne figure dans le jeu (on ne rit pas, merci !) et s'est même offert du bois par
Haddadou (sur coup-franc) et Hebbar. En revanche, la charnière centrale rémoise Barbier-Houche est inexistante. Du coup, Créteil a inscrit 4 de ses 5 occasions.



TINGRY
HADDADOU BARBIER HOUCHE LEROY (COMMINGES)
DOSSEVI (FARSANNE) DELMOTTE BOUTAL (HEBBAR) DIDOT PETITJEAN
VIALE



Créteil soleil


Trois cars et une kyrielle de voitures... Au total, ils seront environ 400 à se retrouver dans la petite tribune visiteurs de Duvauchelle, dissimulée au fond à droite (de la latérale), à deux pas de la piste d'athlétisme et à une bonne dizaine de mètres du poteau de corner. Vue imprenable garantie !
Pour une fois, voilà un match que l'on suivra sans l'ombre d'une pointe de stress. Un match amical qui permettra de saluer une dernière fois le groupe 2004-2005 avant qu'il ne s'autodétruise. Amara l'Alsacien, lui, ne sera pas là. Il a attendu la fin du championnat pour découvrir qu'il avait "faim de ballons", ainsi qu'il vient de le déclarer à ses nouveaux employeurs. En attendant, c'est nous qui sommes restés à la diète cette saison. Bon vent tout de même… et bonnes vacances à tous !



Les dernières rencontres
Un bon client
D
6 août 2004
D
24 juillet 2003
E
22 février 2003
D
21 sept. 2002
D
3 nov. 2001

3 novembre 2001 - Ce jour là, comme d'habitude, David François avait astiqué ses chaussures et s'était recoiffé trois fois avant de pénétrer sur la pelouse... et de livrer un match extraordinaire. Reims avait pulvérisé Créteil 4-0 en Coupe de France.

 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com