C é d r i c    F a u r é    à    R e i m s
2006 - 2013


Tous les buts de sa dernière saison rémoise
dont le but galactique de Reims-Troyes qui a propulsé le Stade en L1
.


   
JANVIER 2009 - LE RETOUR DE L'ENFANT PRODIGE


Fauré : « Ce n'est pas mort »
...
29 décembre 2008

Après six mois d'un exil peu doré au Havre, Cédric Fauré est de retour à Reims. Tout un peuple rouge et blanc l'a accueilli en sauveur. Tout le contraire de ce que revendique l'artilleur aux 31 buts en 72 apparitions (2006-2008) : « Je veux être considéré au même niveau que les autres. »
Pas sûr que le public renonce à l'aduler. Le Stade ayant frappé deux fois en misant aussi sur Luis Fernandez, les retombées sont attendues pour sauver le club. « Ce n'est pas mort », prédit déjà le goléador.


Cédric, quelles furent vos sensations en retrouvant le vestiaire des Thiolettes ?
« Il y avait de l'émotion, l'appréhension du nouveau joueur aussi mais surtout du plaisir. Je n'ai que des bons souvenirs à Reims. »
Avez-vous repris la place qui était la vôtre jusqu'au printemps dernier ?
« Non. Des garçons sont arrivés cet été et je ne me vois pas leur dire que c'était ma place. Je me suis installé dans le vestiaire là où c'était libre, en nouveau que je suis. »
Le public vous a chaudement acclamé. Qu'avez-vous pensé de cet accueil ?
« Cela m'a fait chaud au cœur. Mais, pour tout dire, il m'a gêné par rapport au reste du groupe. Je demande aux supporters de ne pas me mettre sur un piédestal. Ils doivent comprendre que ce n'est pas Cédric Fauré qui va sauver l'équipe. C'est tout le groupe. »
Avec ou sans Fauré, ce n'est plus la même chose quand même…
« Si cela amène nos adversaires à se méfier un peu plus de nous, c'est bien. Mais, je le répète, c'est toute l'équipe qui doit faire peur aux autres. Fauré seul n'y arrivera pas. Si j'ai mis 31 buts en deux saisons, c'était le résultat d'un travail collectif. »
La situation de l'équipe aurait-elle pu remettre en cause votre choix de revenir au Stade ?
« La situation est difficile pour le club mais j'ai déjà dit que cela me motivait encore plus. Je sais où je mets les pieds. Je connais la maison et cela ne me fait pas peur. J'aime ce club et le voir dans cette position me faisait quelque chose. »
Par quoi passe le salut ?
« Rien ne se fera en claquant des doigts. Il faut une prise de conscience. Tout le monde doit se rendre compte qu'il y a gros danger. Ce n'est pas mort. »
Il n'empêche. Personne ne s'est sauvé avec seulement 12 points après 18 journées…
« Personne en L2 mais nous l'avons déjà fait en L1 avec Toulouse (*). A l'époque, l'arrivée de Fernandao, ancien attaquant de Marseille, nous avait fait du bien. L'équipe était décevante, crispée par l'enjeu. Son arrivée avait permis à tous de se décomplexer. »
Vous êtes le Fernandao du Stade !
« Je ne dis pas cela mais si je peux aider le club en marquant des buts, je suis preneur. »
Vous aviez eu longuement Didier Tholot au téléphone. Le dialogue avait été bon. Le fait qu'il ait été démis de ses fonctions vous gêne-t-il ?
« C'est un peu bizarre mais Carlos Lopez fait un excellent boulot comme entraîneur depuis son arrivée au Stade. Maintenant, tous les ingrédients sont réunis pour que l'on fasse une bonne seconde partie de championnat. Nous avons un handicap. A nous de le combler. »

PL

(*) Après 18 journées en 2003-2004, le Téfécé, promu, présentait le même bilan que le Stade : 2 victoires, 6 nuls et 10 défaites. Sylvain Didot, Nabil Taïder et Jérémy Blayac étaient aussi dans l'effectif. Au final, les « Pitchounes » avaient assuré leur maintien en terminant 16es. Détail important : à l'époque, 39 points avaient suffi pour renouveler son bail en L1.

 

 
 


JUIN 2008 - SON FAUX DÉPART
Nzigou 19e, Fauré 21e, Niang 83e pour Reims
Dossevi 41e, Baldé 55e (csc), Djordjevic 78e pour Nantes

2 0 0 6   -   2 0 0 8
"Je tiens à remercier les supporters pour leur soutien et pour leur façon d'exprimer leur passion à mon égard. Je ne l'oublierai jamais. Le Stade de Reims est à mes yeux plus important que tous les clubs où j'ai évolué, y compris Toulouse. C'est le numéro 1. Merci à eux !"

Cédric Fauré - 21-05-08

Une dernière danse...



L
'adieu à Cédric Fauré - Comme pour nous offrir un digest de cette saison chaotique, il y aura tout eu dans ce match de clôture : une domination sans partage des Rémois soldée par deux buts en trois minutes (19e, 21e) puis des élans de frilosité; un but gag qui voit Baldé tromper son propre gardien, Inthasane, contraint de regarder le ballon rouler lentement ves le but après qu'il lui soit passé entre les jambes; trois poteaux; un plongeon de Fauré sanctionné par un penalty raté; un but culotté de Niang, habituel pensionnaire de CFA2; un Baldé qui sort une fois encore sous les huées; un Fauré dont le nom est scandé de longues minutes après le match tandis que le speaker tente d'attirer l'attention du public sur autre chose...
Bref ! Enfin une soirée pimentée à Delaune. La dernière de la saison, malheureusement. L'après Fauré est ouvert.

Le résumé vidéo décalé de Paolo92

Pour le compte de la 38e et dernière journée de Ligue 2, le FC Nantes a fait match nul 3-3 à Reims. Mené 2-0, il a refait son retard jusqu’à prendre l’avantage à 3-2, avant de se faire rejoindre en fin de match.
N’Zigou, lancé par Fauré plein axe et stoppé par un tacle de Poulard dans la surface (16’) allumait la première mèche. L’attaquant gabonais se rappelait au souvenir de son ancien club en ouvrant le score 3 minutes plus tard : servi par Ielsch, il battait Briant d’une frappe du droit.
Deux minutes plus tard, N’Zigou se muait en passeur et servait Fauré qui, d’une frappe des 20 mètres en pleine course, trouvait la lucarne du gardien nantais. Les Canaris perdaient Guillon sur blessure, mais revenaient au score juste avant la pause, Dossevi plaçant une tête victorieuse sur un coup franc au cordeau de De Freitas (41’).

Après la pause, Nantes égalisait même sur un but gag : Baldé servait son gardien en retrait… mais celui-ci ratait le ballon qui rentrait tout seul dans le but vide (56’). Le match s’emballait alors : Djordjevic trouvait le poteau (59’), Briant sortait un superbe claquette sur un centre de Fauré (63’), Goussé se heurtait à Inthassane (64’), le portier nantais stoppait un penalty de Fauré en se détendant sur sa gauche (65’) et était sauvé par sa barre sur un lob de Burle (77’).
Il fallait bien des buts pour valider cette animation. Bilan : un dans chaque camp. Nantais d’abord avec une remise de le tête de Goussé que Djordjevic reprenait de volée et en pivot pour le 3-2 (78’). Rémois ensuite, après que Babovic eut touché le poteau : Feret dans l’axe décalait Niang, qui trompait Briant du droit (86’).

>>> feuille de match





Cédric is magic
Lire

Une chronique de Paolo 92

 

 
 

2006 - SON ARRIVÉE A REIMS

 


ARRIVÉE : SAISON 2006-2007 (Ligue 2)
DÉPART : JUIN 2008
RETOUR : JANVIER 2009
DÉPART DÉFINITIF : JUIN 2013

AVANT-CENTRE



Son actualité
14 - 06 - 2006

 


Rauque Star


14-06-06 - Cédric Fauré est désormais rémois.
On parle d'un salaire mensuel établi sur une base de l'ordre de 40.000 euros pour ce joueur qui illustre les ambitions nouvelles du Stade, ce qui explique les négociations opérées dans le temps additionnel.
Fauré était encore sous contrat avec Istres. Il rejoint Reims pour deux ans.


Doté de cette pépite, le Stade a décidé de ne plus regarder ailleurs, tout en demeurant évidemment attentif aux opportunités qui pourraient se présenter. En revanche, exit la piste menant à un jeune attaquant venu de l'Est. Exit la piste Bettiol, que Jean-Pierre Caillot affirme d'ailleurs n'avoir pas sérieusement exploitée. Exit la piste du "jeune milieu de terrain prometteur".
"Actuellement, expliquait mercredi soir le président rémois, je dispose d'un groupe de 25 joueurs et nous entamerons le championnat comme cela. Nous avons un effectif suffisamment riche, et chacun au club s'accorde à reconnaître qu'il y a de la qualité dans ce groupe".

 


Fauré : du caractère ou un sale caractère ?

Ex-Toulousain (sa ville natale), Guingampais, Istréen et Manceau, Cédric Fauré, 27 ans, compte 90 matches en L2, 50 en L1. Il a inscrit plus de 50 buts en 5 saisons.
Sous contrat avec Istres, Fauré avait été prêté au Mans (L1) la saison derrnière avec option d'achat, mais les Sarthois n'ont pas souhaité poursuivre l'expérience. Fauré n'y a inscrit que deux buts. Or, Istres, où l'attaquant ne fait l'unanimité ni auprès des dirigeants, ni auprès des supporters, ne souhaitait pas le conserver. Ce joueur, dont chacun reconnaît le talent, est en effet réputé pour être d'un caractère difficile. Crazy Frog, lui, aime vivre dangereusement ("On va t'mater ça. Cré vingt Dieu !").



"Je veux jouer en Ligue 1"
Interview du 24-10-06



Cédric Fauré a donné une interview exclusive au site d'information brevesdefoot.com, partenaire de VDT. Extraits.

Après des débuts flamboyant à Toulouse avec un titre de meilleur buteur de Ligue 2, vous n’avez pas vraiment réussi à vous imposer en Ligue 1, pour quelles raisons ?
Je n’ai pas vraiment eu ma chance, c’est tout. Après une bonne première saison à Toulouse ou j’ai marqué 10 buts, je suis parti à Guingamp ou ça s’est plutôt bien passé puisque j’ai mis 13 buts. L’année dernière, après 6 mois à Istres, j’ai été prêté au Mans. Dès le début, ça s’est super bien passé pour moi, j’enchaînais les buts, tout allait bien. Malheureusement, le Mans a ensuite recruté le Brésilien Grafite et comme je n’étais que prêté, ils lui ont donné sa chance en priorité et moi je me suis retrouvé cantonné sur le banc. Après, c’est difficile pour un attaquant de marquer quand il joue 10mn par ci par là…

A 27 ans, quels sont vos objectifs personnels ?

Faire une bonne saison. Ensuite, retrouver l’élite. L’idéal serait de le faire à Reims car je suis vraiment bien ici. Ma famille se sent bien et j’ai envie de me stabiliser. Après, la vie d’un joueur de foot peut changer rapidement. J’ai envie de Ligue 1 mais je souffre d’une mauvaise réputation depuis mon passage à Toulouse. Avant de regarder mes statistiques, certains me jugent sur ce qu’on a pu dire de moi à Toulouse. C’est dommage car j’ai le niveau pour jouer en Ligue 1, j’en suis convaincu.
Benjamin BONNEAU
www.brevesdefoot.com

 

 
 

 

Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com