GUEUGNON - REIMS : 0-0

 

Ruddy Buquet

 



Peut (beaucoup) mieux faire


De toute évidence, Reims a gâché une occasion en or d'accrocher sa première victoire à l'extérieur face à une équipe charollaise qui n'avait pourtant rien d'un foudre de guerre. Le fait de la soirée, c'est aussi l'élimination sur blessure de notre charnière centrale Jeannel-Barbier. Le premier souffre d'une contracture à la cuisse, le second est touché aux adducteurs. Il devrait être indisponible pendant plusieurs semaines.


Gare au tangage !


En direct du Charollais
- Moins de 3.000 personnes (2.700 exactement) dans les tribunes de Jean Laville où le climat est glacial, dans tous les sens du terme.
- Les données du match sont connues. Gueugnon a un besoin impératif de points, tandis que Reims rêve d'accrocher un premier succès à l'extérieur. Points forts de l'adversaire : l'engagement et le physique. Points faibles : sa relative lenteur et son manque d'efficacité.
15e - Une percée plein axe de Fauré qui prend sa chance aux 25 mètres en oubliant Feret, démarqué. Un centre de White pour Niflore qui frappe largement au-dessus. Telles sont les deux occasions franches d'un premier quart d'heure sans gros problèmes pour les Rémois.
Les Gueugnonnais ont toutes les peines du monde à faire le jeu et préfèrent même opérer en contre. Les Rémois gèrent... en attendant de pouvoir placer des accélérations.
23e - Balle de but pour Julien Feret s'échappe dans le dos de la défense, tente d'embarquer le gardien côté droit mais pousse trop le cuir. Son centre en retrait à la desperado ne trouve pas preneur. Peiser s'en tire bien.


L'art de ne pas pencher du mauvais côté.
35e - C'est peut-être le bon soir pour faire un résultat. Reims, en tout cas, est parfaitement en place pour le moment et seul un coup de boutoir des Charollais pourrait déséquilibrer l'équipe. Les Stadistes évoluent quasiment dans leur jardin. Et pour cause, d'ailleurs...
40e - Ce n'est pas la Sécurité sociale côté défense guaugnonnaise. A deux reprises, sur des frappes de Tiéné (qui montre enfin son nez) et Fauré, le gardien bourguignon Peiser s'est avéré assez fébrile. Prometteur pour la suite.
41e - Nouveau coup dur pour Reims avec la sortie sur blessure de Ludovic Jeannel qui boîte bas. Habib Baldé, l'ex-Forgeron, entre en jeu en défense centrale. A l'image du "cas Didot", la faiblesse du banc rémois finira par nous jouer d'autres très mauvais tours.
- Mi-temps. Pas de grand spectacle, mais le climat quasi polaire de la Bourgogne n'incline pas à l'euphorie.

 

DEUXIEME PERIODE

Le match est reparti sur les mêmes bases qu'en première période, avec un jeu un peu plus musclé.

54e - Deuxième blessé côté rémois avec... Alexandre Barbier, visiblement touché à la cuisse, qui sort sur une civière. Thierry Froger lance tout de même un attaquant, Lunblad, dans la bataille. Il avait initialement prévu de l'intégrer à la place de Tiéné ou Feret, jugés en petite condition. C'est Burle qui glisse en défense centrale pour une charnière inédite et totalement imprévue.

Malheureusement, on en peut que le répéter, l'effectif rémois est bien trop faible en quantité et en qualité pour supporter toutes ces blessures, alors même que le club est engagé en compétition sur plusieurs fronts. On ne trouvera pas toujours des joueurs tels que Tiéné disponibles sur le marché. A ce propos, l'Ivoirien fait d'ailleurs une prestation très correcte ce soir pour son intégration au sein du groupe.
Ramdani, qui a dénié l'invitation rémoise, aurait sans doute été plus affûté... mais, même si c'est difficile à admettre par les intéressés, on ne peut pas toujours concilier désirs et réalité. Le joueur reste décisionnaire. On ne va pas s'en plaindre. L'Ivoirien peut nous faire une belle fin de saison.
70e - C'est maintenant Feret, dont on savait qu'il ne tiendrait pas plus de 60 à 70 minutes, qui doit sortir. Maspimby, qui depuis peu n'est plus sur les rotules, entre en jeu. Enfin un véritable ailier droit dans l'équipe !

 

Tiéné : le nouveau n°12 rémois a besoin de temps de jeu
pour donner sa pleine mesure. A revoir.


75e - Pour le moment ce que l'on peut qualifiier sans malice de "coaching à la desperado" n'a pas d'incidence négative sur le rendement du Stade qui, au contraire, se montre plus percutant à l'approche du dernier quart d'heure. Mais cette équipe de Gueugnon, répétons le, n'a vraiment rien d'un foudre de guerre. Elle est, certes, capables de faire des coups, mais peut aussi bien en encaisser de sévères... Tout est donc possible durant les 15 prochaines minutes. Y comrpris un score vierge.
80e - Maspimby, en ailier droit de métier, délivre un caviar à Lundblad... seul face à Peiser. Mais le gardien bourguignon avait flairé le coup et peut s'interposer. Plus exactement, pour être plus objectif, Lundblad perd son duel.
82e - Les Gueugonnais ne sont pas en reste et c'est au tour de Liébus de s'employer sur une frappe de Colleau, bien servi en retrait pas Acedo.

85e - Carton jaune pour Baldé. Anecdotique, mais cela permet d'indiquer que Burle (15e) et Tiéné (42e) ont aussi été avertis en cours de rencontre. Aucune joueur ne l'a été côté bourguignon.

86e - Faute sur Lunblad à l'entrée de la surface. Coup-franc idéalement placé pour Carl "Baranne" Tourenne qui gaspille l'occasion en tirant dans le mur.

87e - Fauré s'effondre dans la surface. L'assistant alerte l'arbitre central : carton jaune ! Certains vont encore crier à l'injustice. Et pourtant...

90e - Quatre minutes de temps additionnel et... Fauré a une balle de but au bout du pied, mais échoue. C'est fini. C'est le quatrième score de parité entre les deux formations depuis deux ans et l'arrivée de l'ex-Forgeron Thierry Froger à Reims. On a parfois l'impression de vivre les Reims-Amiens de jadis...
Blague à part, Reims aurait pu mieux faire face à un tel adversaire. De là à penser que deux points ont été gâchés, il n'y a qu'un pas (que je ne franchirai pas. Pas fou !). Mais, il est cependant permis de le penser très fort. Mine de rien, ça ne nous fait tout de même que deux points sur neuf lors des trois derniers matches tout ça !
Décidément, à Reims c'est chaque année la même chanson. Mais, une victoire mardi prochain contre Strasbourg suffira à réconcilier l'équipe avec son public. Evidemment, dans le cas contraire...
... Il faudrait aller gagner à Grenoble.

 

L e   d i g e s t   d u    m a t c h

7. Bon centre de Correia pour la tête décroisée de Niflore. Liébus se couche.
14. Bon ballon en profondeur de Colleau pour White qui prend l'espace avant de servir Nilflore qui, du bout du pied, tire au-dessus.
21. Tiene repique au centre et adresse une frappe qui se loge dans les bras de Peiser.
24. Corner à la... rémoise entre White et Rodrigues qui offre un excellent centre à Colleau. Libre de tout marquage, le milieu Gueugnonnais manque le cadre.
52. Parti à la limite du hors jeu, Niflore se présente en bonne position mais est finalement gêné par le retour de Giraudon. L'ancien Tourangeaud sert en retrait White qui croise trop sa frappe.
62. Bonne frappe à ras terre de Lundblad. Peiser est sur la trajectoire.
66. Des 25 mètres, N'Zigou décoche une frappe qui passe largement au-dessus.
79. Lancé vers le but gueugnonnais, Lundblad est stoppé dans sa course par Peiser, qui concède le corner.
82. Centre en retrait d'Acédo pour Carlier qui, en excellente position, ne parvient pas à ajuster suffisamment sa frappe pour inquiéter Liébus.
87. Excellent coup franc de Tourenne à l'entrée de la surface. Le tir est contré par le mur gueugnonnais.
90+2. Bon ballon de Lundblad pour Maspimby qui rentre dans la surface avant de se reprendre in-extrémis par Peiser qui dégage en touche.

 

P a r o l e    d e    C h a r o l l a i s

 

"L'arbitre était rémois"

"0/0 mais il y a des beaux nuls et d'autres plus ennuyeux. Celui de ce soir, fait partie de la première catégorie, mais d'un point de vu comptable c'est un résultat ennuyeux.
Simplement dommage qu'en première mi-temps, les Rémois ont défendu à 12 avec un arbitre de touche côté tribune nord qui a tout fait pour se faire remarquer en signalant des hors jeux indétectables au microscope électronique, car inexistants.
Il a d'ailleurs continué son show, en deuxième période, en fermant les yeux sur une agression de Fauré sur Tsoumou, et un hors-jeu de Maspimby en toute fin de match. D'ailleurs, s'il ne signale pas ce hors-jeu, je ne comprends pas comment il peut ignorer la faute sur ce même Maspimby et le pénalty qui va avec...
Pour bien gérer un match, trois arbitres sont jugés nécessaires, ce soir il ne furent que deux à être à peu près au niveau de la Ligue 2."



2729 Spectateurs.

Avertis à Gueugnon : Morestin (86, contestation), Peiser (87, contestation) ; à Reims : Burle (15, faute sur Colleau), N'Zigou (42, antijeu), Baldé (85, faute sur Carlier), Fauré (87, faute sur Colleau).
- Gueugnon : Peiser, Rodrigues, Adam, Morestin, Correia (cap.), White, Colleau, Tsoumou, Acédo Hauw puis Kerkar (62), Niflore puis Carlier (77). Ne sont pas entrés en jeu: Bouysse, Kaba, Coulibaly. Entraîneur: Victor Zvunka.
- Reims : Liébus, Fontenette, Barbier (cap.) puis Lundblad (57), Jeannel puis Baldé (40), Giraudon, Féret puis Maspimby (66), Burle, Tourenne, Tiene, Fauré, N'Zigou. Ne sont pas entrés en jeu: Tingry, Comminges. Entraîneur: Thierry Froger.

 

Les groupes
 


Reims - Liébus, Tingry - Giraudon, Comminges, Jeannel, Barbier, Fontenette, Baldé - Tourenne, Burle, Maspimby, Féret, N'Zigou - Tiéné, Lundblad, Fauré.

 
 

 AVANT-MATCH

 

The Magical Nursery Tour


Défait la semaine dernière sur sa pelouse par Strasbourg, le FCG ne part pas favori face à Reims, y compris si les Stadistes voyagent mal. En effet, Gueugnon n'a rien d'une terre inconnue. C'est même, en quelque sorte, la nurserie de Thierry Froger.
Certes, à l'intersaison Jean Acedo n'a pas osé se mouiller, tandis que
"Magic" Hebbar nous quittait prématurément pour rejoindre la Suède. Plus récemment Kamel Ramdani (le petit dernier potentiel) a décliné l'invitation. Tagro Baléguhé, enfin, ne pourra être de la fête pour cause de suspension... Mais, en dépit de ces aléas, deux "bébés Frog" seront cependant sur la pelouse de Jean-Laville : Habib Baldé et, bien évidemment, Johann Liébus.
Côté Forgeron, pour cette rencontre, Victor Zvunka devra se passer de Florent Marty et Larsen Touré, tandis que Jérémie Rodrigues est incertain. En revanche, on notera la présence anecdotique sur le banc d'un certain Jeremy Acedo. Tiens, en voilà un qui aurait sans doute pu être rémois...


 

"Qu'importe la manière, il faut les trois points"

 

Gueugnon est 12e, à trois longueurs seulement du 18e. Conscient de la situation, Frédéric Adam, le défenseur troyen transféré à l'intersaison, annonce la couleur : « Contre Reims, qu'importe la manière, il faut les trois points ».

L'équipe de Gueugnon a-t-elle le potentiel pour viser plus haut ?

« Disons, qu'à l'origine, nous avons un groupe capable d'assurer une place en milieu de tableau, et pourquoi pas de grappiller quelques rangs, vers la 9e, 8e voire la 7e place ».

Pourtant, aujourd'hui, on aurait plutôt tendance à regarder le premier relégable...
«C'est normal. Chaque année à Gueugnon, on pense d'abord au maintien. Nous n'avons pas été gâtés depuis le début de la saison, notamment par les décisions arbitrales. Les saisons sont faites de haut et de bas. Notre douzième place est hyper fragile, même si je préfère encore être à notre place qu'à celle d'Istres ou de Guingamp. Face à Strasbourg, nous aurions mérité d'enchaîner un troisième match d'affilée sans défaite. Même un nul aurait été bon pour le moral. Maintenant, face à Reims, il ne faudra pas prendre un mais plutôt des points ».

Une équipe de Reims avide de rebondir après avoir lâché ses premiers points à domicile.

«Nous connaissons cette formation. C'est très costaud. Avec Fauré et Féret devant, les Rémois disposent d'atouts offensifs performants. Mais vendredi, qu'importe la manière. Il faudra l'emporter, coûte que coûte ».
Recueilli par Noémi Predan

 


Les dernières confrontations

Le siège social des Ultras bourguignons.

20 janvier 2006
19 août 2005
21 janvier 2005
20 août 2004
24 janvier 2004
3 mai 2003
30 novembre 2002


Légendaire  


Réalisé sans trucage.

C'est vrai. Chaque année ou presque, à l'occasion des déplacements en Bourgogne, on vous ressort l'histoire de ce supporter qui, en 2003, a failli provoquer la banqueroute d'Allez Reims, le (pourtant très "officiel") groupement de supporters de Dany "Wargnier" le Rouge.
Il y a pour cela plusieurs raisons. La première, c'est qu'elle est édifiante. La deuxième, c'est qu'il faut bien informer les nouveaux internautes qui n'ont pas connu cette époque bénie où Jean-Pierre Caillot n'était encore que sponsor chaussettes. Enfin (et surtout) force est de constater que cette histoire s'inscrit désormais dans la légende des Gueugnon-Reims, au même titre que la caravane qui sert de siège social aux supporters des Forgerons.
Après la vidéo exclusive mise en ligne l'an dernier, voici une nouvelle photo inédite de ce (pseudo ?) supporter qui restera à jamais l'exemple à ne pas suivre. Document évidemment masqué pour qu'aucune identification ne soit possible.
A quand un docu fiction sur "L'homme qui rêvait de prendre le car".
En attendant, voici son histoire.



 
 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com