BOULOGNE - REIMS : 2 - 0

Perrinelle 29e, Thil 37e

Déboulonnés par des Boulonnais


Reims ne rééditera pas son superbe parcours de la saison dernière en Coupe de la Ligue. Les Champenois ont été déboulonnés sans coup férir par des Boulonnais qui ont fait preuve de plus d'envie. Les Rémois, à l'inverse, ont donné l'impression de disputer cette rencontre par obligation contractuelle. Les primes de match étaient peut-être trop faibles à leur goût.


L'essentiel

Petite chambrée à Boulogne, où 3 à 4.000 spectateurs seulement - dont une petite trentaine de supporters rémois - assistent à ce deuxième tour de la Coupe de la Ligue.
Barbier et Cherfa évoluent en défense centrale, Cuvillier, ex-pensionnaire du Touquet, est aligné d'entrée en milieu de terrain aux côtés de Baldé et Ayasse, et l'attaque rémoise est menée par Kermorgant et N'Zigou. Les Rémois n'évoluent pas dans leurs couleurs habituelles. Ils arborent un short noir et un maillot perle/orangé.
8e - N'Zigou échappe à la vigilance de Jonas et arme sa frappe. Le ballon file à quelques centimètres de la cage de Bénédik. Réponse du berger à la bergère, Psaume se présente face à Liébus mais pousse trop son ballon qui file en sortie de but.
19e - Mauvaise relance de la défense boulonnaise. N'Zigou prend sa chance et trouve le petit filet. Les Rémois gèrent bien ce début de rencontre face à une équipe de Boulogne invaincue sur sa pelouse depuis le début du championnat de L2.
29e - 1-0 Perrinelle - Excellente frappe de Psaume qui oblige Liébus à boxer le ballon. Sur le corner tiré par Ducatel, Jonas détourne et sert au millimètre Perrinelle, embusqué au deuxième poteau et, il faut bien le souligner, guère gêné par la défense rémoise. De la tête le Boulonnais ne laisse aucune chance à Liébus.
37e - 2-0 Thil sur penalty. Thil perfore la défense rémoise et sert Rodrigues qui est fauché dans les 16 mètres par Assous, auteur d'un tacle raté. Penalty transformé imparablement par le goleador local, Grégory Thil.

A la réflexion, Reims n'a pas géré si bien que ça son entame de match... Et l'on peut même dire sa première période puisque le break est fait à la mi-temps.

 

46e - C'est reparti sur les mêmes bases (si l'on ose dire) à Boulogne car, dès la première minute, Thil tente d'allumer Liébus, mais le ballon file au-dessus. Dans la minute qui suit, nouvelle incursion du goleador de la Côte d'Opale qui est déclaré hors-jeu. Et ce n'est pas fini : sous la pression, Barbier dégage sur Baldé... au nez et à la barbe de Thil.
54e - Grégory Thil se met sur son pied gauche et, en pivot, frappe à mi-hauteur. Liébus doit réaliser un petit exploit pour écarter la balle qui, si elle avait été à ras de terre, serait imanquabelment allée se loger au fond des filets.
60e - Ce n'est peut-être pas fini. Reims, qui n'a plus le choix, va devoir prendre des risques. Feret et Fauré sont lancés dans la bataille et lieu et place de N'Zigou et Kermorgant. Un nouveau duo, plus technique, est donc lancé à la pointe de l'attaque.
70e - Les Boulonnais commencent à jouer beaucoup plus bas, mais Reims ne parvient pas à en profiter. Thierry Froger injecte une pincée d'expérience supplémentaire en lançant "Baranne" Tourenne, bientôt 36 ans, en milieu de terrain. Baldé, généralement transparent à ce poste, rejoint le banc.
72e - Benjamin Psaume - un joueur qui mérite d'être découvert - s'offre une petite sucrerie sous la forme d'une aile de pigeon qui lui permet d'éliminer sans coup férir Barbier. Mais il ne parvient pas à s'ouvrir le chemin du but.
80e - Les Rémois ne donnent pas l"impression d'avoir conscience d'être menés 2 à 0 dans un match éliminatoire, à 10 minutes de la fin... Autrement dit, ils ne sont pas plus impliqués qu'il ne le faut.
85e - Dans cinq minutes, 200.000 euros tomberont dans l'escarcelle boulonnaise.
C'est fini. Après un sauvetage de Perrinel devant fauré et quelques ultimes cartouches de l'USBCO, Boulogne se qualifie pour les 16èmes.
Le titre de circonstance ne sera donc pas "Des Boulonnais déboulonnés" mais bien "Déboulonnés par des Boulonnais". Tant pis ! Nous ferons sans doute mieux en Coupe de France...

>> Consulter la feuille de match


usbco.asso.fr


Cuvillier, l'enfant du pays - Ce Boulogne-Reims a une petite touche très locale. A Reims joue en effet Alexandre Cuvillier, le fils de Philippe, ex-joueur/entraîneur du TAC (Le Touquet) qui est maintenant à Berck. Le milieu gauche rémois est né à Cucq, dans le Pas-de-Calais.

 


BOULOGNE - REIMS


Portrait d'un Goleador

Grégory Thil aime jouer au tarot avec ses amis. Il est aussi amateur de belles voitures. Mais sa grande passion demeure le ballon rond. Le recordman de buts en National fait aujourd'hui le bonheur de Boulogne en L2 (4 buts déjà), un niveau auquel il a déjà goûté avec Beauvais.
– Malgré les propositions, pourquoi êtes-vous resté à Boulogne ?
« Des propositions, je n’en ai pas eu tant que cela car j’ai fait le choix de prolonger très rapidement jusqu’en 2010. Je me sens bien dans ce groupe et j’avais envie de rendre la confiance des dirigeants. Je croyais dans ce projet. Je n’avais pas fait non plus le fou car je m’étais engagé seulement en cas de montée en Ligue 2. Je me sens bien ici, je suis dans un contexte favorable. »
– Et s’il y avait eu une opportunité en Ligue 1 ?
« Elle serait peut-être venue plus facilement si j’étais libre. Mais pour cela, j’aurais été obligé d’attendre toute la saison et peut-être que celle-ci ne se déroule pas pareil. Peut-être que je n’aurais pas été dans un même climat de confiance. En mettant les bases claires dès le début de saison, on sait qu’on tire tous dans le même sens. Forcément si c’est Marseille ou PSG qui t’appelle, tu réfléchis différemment mais ça ne s’est pas présenté. Mon objectif premier, c’était de rester à Boulogne. »
– Vous n’avez donc aucun regret ?
« Non et puis ce n’est pas maintenant qu’il faut regretter. Et même s’il y avait eu une possibilité en Ligue 1, ce n’est pas dit que je serais parti. Avant tout, je décide. Et puis, j’ai 27 ans, tout peut aller vite en football. Regardez Valenciennes, il est monté de National en Ligue 1, et Savidan, il a réussi une superbe saison. Parfois, il ne faut pas griller les étapes. On est très fier d’avoir ramené le statut pro à Boulogne. »
– Tout a été dit sur vos 31 buts de la saison dernière. Vous êtes vous fixé un objectif pour cette saison ?
« Ça ne fonctionne pas comme cela. C’est très compliqué et là, je pars dans l’inconnu. Déjà la saison dernière, je ne m’étais pas fixé d’objectif chiffré en début de saison. Je suis attaquant et mon objectif est de ramener des points avec Boulogne en marquant des buts. Si je marque, je me fixerai peut-être un objectif dans quelques mois. Il faut attendre de te jauger et de sentir la compétition. L’important c’est que l’équipe gagne. Si on gagne 3-0 avec des buts de défenseur, ça ne me dérange pas. Bon, si ça arrive trois fois de suite, je vais faire un peu la gueule mais parce que c’est mon tempérament… »
- Alors quel est votre objectif personnel ?
« Pour moi, c’est d’être régulier. Marquer trois fois et être absent pendant trois mois, ce n’est pas bon. Le haut niveau, c’est être capable de répéter les performances. Ce qui m’intéresse, c’est de marquer régulièrement. »
– Suivez-vous l’actualité du football, hors celle de l’USBCO ?
« Je vis pour le football. Il faut être passionné. Arnaud Dos Santos m’avait dit une phrase qui m’avait marqué : “Il faut vivre pour le football et non vivre du football.” Dès l’instant où tu commences à te laisser aller, tu déclines et tu es moins performant. J’ai besoin d’être concerné, d’être concentré. Dans ma préparation de match, j’aime m’investir. J’appréhende d’ailleurs un peu d’aller en avion, de partir le matin et de revenir le soir. »

 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com