AJACCIO - REIMS : 2 - 1 - Fernandez les aime corsés

Martinez csc 45e +1, Asuar 59e pour Ajaccio
Barbier 65e pour Reims

Fernandez les aime corsés




Le résumé vidéo décalé de Paolo 92
Le Parrain n'a pas seulement un chapeau australien.
Il a aussi le melon.

Le choc psychologique n'a pas eu lieu et, du coup, Reims s'enfonce un peu plus. Il compte désormais quatre points de retard sur le 19ème, Nîmes, et... neuf sur le premier relégable, Sedan.
Il y a là de quoi corser le challenge que veut relever Luis Fernandez. En showman de métier, l'entraîneur rémois s'estime d'ailleurs satisfait par le spectacle offert.
Rendez-vous jeudi prochain contre Strasbourg pour la première à Delaune. Et, souhaitons-le, la première victoire de l'ère Fernandez. Sinon, rendez-vous en août prochain pour Reims-Raon l'Etape.

 


Fernandez satisfait - « J'ai beaucoup aimé la réaction de mes joueurs après le deuxième but. Le contexte, le match et les enjeux étaient délicats. Mais dans l'ensemble, si je ne suis pas satisfait à 100%, je ne suis pas du tout mécontent de notre match. A partir d'un match comme celui-là, on peut travailler et progresser, il y a des sources de motivation. J'aurais bien aimé commencer par un nul ou une victoire, mais il faut féliciter Ajaccio (…) On doit s'inspirer de ce match dans son contenu pour la suite du championnat ».


L'essentiel en direct



Le Parrain *
du Stade
se met à table

15-01-09
-
JPC se met à table, mais ne passe toujours pas aux aveux. Il refuse de porter le chapeau. Et pourtant...
(L'union)

Lire

*
Excellente idée pour un Bal masqué.

Photo réalisée sans trucage

A Ajaccio, l'événement people c'est Luis Fernandez. Mais le nouvel entraîneur rémois, qui fait ses premiers pas à échelle réelle, est fébrile. En spécialiste des synonymes, il a d'ailleurs préféré annoncer franchement la couleur juste avant la rencontre : "Ce sera une confrontation difficile, compliquée." De fait, Luis ne sera pas sur le terrain. Et, si l'on excepte l'incorporation-pari du jeune Matthieu Fontaine, l'arrière-garde de l'équipe n'a guère changé...
Or, Ce soir, c'est "le" match a gagner puisque les Corses sont calés sur la ligne rouge de la zone de relégation. Les laisser s'échapper, ce serait s'enterrer un peu plus.
Pour essayer de faire la différence, Pollet et Kerrmorgant ont été placés au service de Cédric Fauré qu'ils devront alimenter en balles de but.

10e - Les Ajacciens jouent haut pour essayer de faire la différence, mais ce sont les Rémois qui ont fait passer le frisson à la suite d'un cafouillage dans la surface qui a failli profiter à Cédric Fauré. Le défenseur corse Cédric Uras a écarté le danger en expédiant le ballon en corner.
18e - Quand Fauré se met au service du collectif, les actions sont plus tranchantes... La preuve sur cette percée de Fauré qui joue la carte de l'altruisme en servant Pollet. Plat du pied du Belge. Le ballon enveloppé frôle la barre transversale ajaccienne.
30e - Après 30 minutes d'observation, les deux équipes semblent vouloir se libérer, comme en atteste cette percée de Lesueur qui s'est présenté seul face à Liébus, impérial sur le coup.
Côté rémois, on monte aussi peu à peu en puissance. Cette volonté affichée s'est concrétisée par un coup-franc idéalement placé à l'entrée de la surface et, surtout, une combinaison Kermorgant-Fauré qui a failli se transformer en but. La défense corse a écarté le danger en expédiant en corner. Mais ce n'était que quelques secondes de répit car, sur le coup de pied de coin, le ballon a été sauvé sur la ligne.
35e - Bévue de Martinez (ce n'est pas un scoop !) qui se traduit par une mésentente avec Liébus, lui aussi à la ramasse. Le gardien rémois relâche le ballon dans les pieds de Lesueur qui passait par là. Surpris de l'aubaine, l'avant-centre de fortune des Corses (tous les attaquants ajacciens de métier sont blessés) frappe vers la cage vide... mais rate le cadre d'une louche. Guère plus.
Du football technique, on le voit...

45e - 1-0 Martinez csc -
Ne tirons pas sur l'ambulance, mais comment Luis Fernandez a-t-il pu titulariser en défense centrale Williams Martinez sans avoir consommé de stupéfiants ? Après une première bévue à la 35e, mal exploitée par les Corses, notre star internationale urugayenne ("un joueur au talent reconnu", comme seul Jean-Pierre Caillot aime à le souligner) a sans doute jugé qu'on n'était jamais aussi bien servi que par soi-même. Sur une attaque de Stéphane Darbion ponctuée par un tir, il a donc expédié le ballon de la tête dans les cages de Liébus.
Un but dans les arrêts de jeu de la première période qui a cloué sur place Luis Fernandez...

DEUXIEME PERIODE


La première de Mathieu Fontaine
"Comme mes coéquipiers, j'ai tout donné. Je n'ai rien lâché. Avec Darbion (ou Asuar) dans ma zone, j'avais un client. J'ai quand même tenté d'apporter offensivement mais j'ai été marqué par le rythme de la L2. Il y a plus de courses, d'intensité athlétique, de duels qu'en CFA ou CFA2. Je sentais les crampes arriver en fin de match."

45e + 1 - Séché par un Rémois en fin de première période, l'ex-Marseillais Leyti N'Diaye, notre "prêt de trop" de septembre dernier, est resté aux vestiaires. Il est remplacé en défense centrale ajaccienne par Aubameyang.
55e - On attendait une réaction musclée des Rémois mais, depuis la reprise, ce sont au contraire les Acéistes qui ont mis le turbo, histoire sans doute de faire fructifier leur avantage.

59e - 2-0 Ludovic Asuar - Contrôle du pied droit, lob au-dessus d'un défenseur rémois (devinez lequel, je ne dénoncerai personne...) reprise de volée dans la continuité et but. Ca s'appelle un "coup du sombrero" gagnant.

65e 2-1 Barbier - Coup-franc de Kermorgant. Alexandre Barbier se jette à la retombée du ballon, coupe la trajectoire et marque. Un classique de la saison dernière que l'on est ravis de retrouver. Du coup, Luis Fernandez a quitté son siège.

75e - Le but de Barbier a regaillardi les Rémois qui n'ont plus d'autre alternative que d'aller de l'avant. Mais les Ajacciens, même un peu destabilisés, restent difficiles à bouger. Et Stéphane Darbion (qui rejoindra sans doute la L1 la saison prochaine) n'y est pas pour rien. Pourtant, les Corses restent sur quatre défaites consécutives.
82e - Coup-franc aux 26 mètres, plein axe. Tir vicieux de Vincent Gragnic qui termine finalement dans les gants de Thierry Debes.
90e - A l'issue d'une fin de match au couteau, telle qu'on a la l'habitude des les vivre lorsque deux équipes de bas de tableau s'afrrontent, Reims s'incline. Le choc psychologique n'a pas eu lieu.
>>> Voir la feuille de match

Stade François Coty, temps froid, terrain satisfaisant, éclairage satisfaisant, spectateurs 1200 environ.
ACA : Debès-Dohin, Uras, N’Diaye (puis Aubameyang 46e), Fournier, André-Abou Guerriero-Darbion, Asuar-Lesueur (puis Cotoni 90e).
Reims : Liebus-Tacalfred, Martinez, Barbier, Kamissoko (puis Gragnic 54e)-N’Diaye, Fontaine-Gamiette, Pollet (puis Toure 58e)-Fauré, Kermorgant (puis Ielsch 72e).
Arbitre : Abdelali Chaoui.
Buts : Martinez (45e+2 csc), Asuar (54e) pour Ajaccio, Barbier (65e) pour Reims.
Avertissements : Asuar (39e), Uras (68e), Debès (89e) pour Ajaccio, N'Diaye (75e) pour Reims.

 

 
 

 
AJACCIO - REIMS


L'avant-match côté corse




Les dernières rencontres




Reims-Ajaccio : 1-3
Delaune - 8 août 2008
Le résumé vidéo décalé de Paolo 92
"Caillot vous a-t-il compris ?"


D
8 août 2008
E
29 février 2008
D
21 septembre 2007
D
13 février 2007
E
15 sept. 2006
 
 

 

Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

Stade de Reims - Le Webzine