REIMS - CHÂTEAUROUX : 3-0

N'Zigou 12e Baléguhé 68e 72e


Le Forum

 


Tagro offre le champagne

 

 

C'était soirée champagne

pour des Rémois conquérants

La Berrichonne voulait prouver que Montpellier était un accident. C'est raté. Malgré les retouches apportées à son groupe, Ollé-Nicolle n'a pu éviter le naufrage des siens à Reims.
Vivement la fin des travaux du stade Delaune. Ils donneront aux Rémois l'un des plus beaux écrins de France. Un écrin qu'Emmanuel Effa viendra peut-être visiter un jour s'il signe à Châteauroux. La première partie du feuilleton dont le jeune attaquant camerounais est la vedette a en effet pris fin hier soir quand un avion… d'Air France l'a ramené à Orly. Au moment où nous écrivions ces lignes, Patrick Trotignon ne pouvait toutefois pas confirmer la bonne réception du "colis", espéré aujourd'hui, à La Tremblère, pour une première batterie de tests.
En attendant, à Reims, l'heure était donc au chantier. Chose qui colle finalement très bien à la Berrichonne. Nous l'avions laissé, jeudi matin à La Grande Motte, en train de réviser les bases du métier pour mener sa révolte en Champagne. Et puisque l'équipe avait mis cap à l'Est, les titularisations de Yanovski et Oçokoljic s'imposaient. Ollé-Nicolle préférant ses deux inséparables grognards à Hima et Moutaouakil. Pour la vitesse d'exécution, on a vu plus véloces que "Coco" et Igor. Mais pour verrouiller les couloirs, en théorie, c'est encore ce qu'on fait de mieux.

La suite, malheureusement, donnera tort à Ollé-Nicolle. A l'entame, la formule apportait certes, un peu de consistance au jeu castelroussin. Mais Nzigou faisait vaciller l'édifice contre le cours du jeu. Surgi de nulle part pour se saisir d'un ballon d'Heitzmann, l'attaquant rémois surprenait Fernandez qui avait manifestement estimé l'adversaire hors jeu. Pas M. Jaffredo qui validait l'ouverture du score.
S'en suivait une période de flottement durant laquelle Feret causait bien du souci dans l'axe. Sidibé s'y démenait beaucoup plus que d'habitude. Mansouri, un peu moins. Ceci explique sans doute cela.
La troupe d'Ollé-Nicolle s'était pourtant remise en selle très rapidement, même si Socrier ne parvenait pas à conclure deux actions devant le but de Weber. Dommage, car dans le même temps, les Rémois obligeaient encore les Castelroussins à colmater quelques brèches dans l'entrejeu pour éviter une nouvelle déconvenue.
Il avait été souvent question de révolte dans les discours de la semaine. Elle n'était déjà plus d'actualité au retour du vestiaire. Pour le plus grand plaisir de Feret, d'ailleurs, qui ne se contentait plus simplement d'empêcher la Berri de tourner en rond. L'homme dévorait littéralement les espaces qui s'offraient à lui. Bah et Heitzmann ajoutaient leur grin de sel à l'affaire. Ce qui compliquait évidemment celles des hommes d'Ollé-Nicolle. Et ça, c'était avant l'arrivée sur le pré de Baleguhe.
Le Rémois, pas encore chaud, se signalait pourtant en accompagnant tranquillement la bévue défensive de Yanovski. Le même Baleguhe doublait sa mise personnelle cinq minutes plus tard alors que Feret avait allumé la mèche face au pauvre Yanovski. Sale soirée pour le Russe et pour toute une Berrichonne dès lors en totale perdition. "Noël c'était il y a quinze jours. Quand on fait des cadeaux à l'adversaire, on ne peut pas avoir un résultat" s'insurgeait le DON à l'issue du match.
A l'Inverse, on imagine combien les locaux ont goûté les "olé" qui accompagnaient jusqu'à la fin de la rencontre la moindre de leur passe.
A Châteauroux, en revanche, la semaine aura viré au cauchemar. Nous n'en sommes pas encore à la fin janvier et voilà que le ventre mou du championnat risque de faire le quotidien de la troupe jusqu'en mai prochain. Non, à ce stade, ce n'est plus une révolte qu'il faut…
Nicolas TAVARÈS

 

André et Rubio débarquent - Venus du Brésil via milan, les deux joueurs brésiliens recommandés par l'agent Fuentes, arriveront ce dimanche à Reims. Ils passeront deux semaines aux Thiolettes, afin que le staff technique stadiste puisse évaluer leur potentiel.
André est un défenseur central grand et rapide, alors que Rubio est un meneur de jeu. Selon Pierre Menes, "ce sont des joueurs en devenir qui n'ont pas 20 ans. Ils ne sont pas professionnels, Thierry froger les jugera durant deux semaines et décidera s'ils peuvent nous rendre service en Ligue 2 ou avec la réserve. Leur éventuelle signature s'inscrit dans le moyen terme, à l'instar de Basile Yéhoumé, le latéral droit de Oissel." 14-01-06

 

L'essentiel

 

12e - 1-0 N'Zigou, côté droit, récupère un ballon dans la surface et, dans un angle impossible, ouvre le score d'une frappe à ras de terre. Pour la forme, les Berrichons crient à la faute sur Vincent Fernandez, mais l'attaquant rémois s'est bel et bien joué du portier castelroussin. La Berri semble à la peine ce soir. C'est tout bénéfice pour les Rouge & Blanc.
- Pas de gros soucis pour les Rémois en première mi-temps. Ils ont dominé de la tête et des épaules une équipe de la "Berri" toujours aussi peu performante à l'extérieur.

- Tandis que Weber passe une soirée particulièrement paisible jusqu'à présent, il n'en va pas de même pour son homologue berrichon, Vincent Fernandez. Les Rémois multiplient les occasions de but dans ce match et les bonnes intentions que semblent afficher les Castelroussins en ce début de seconde période n'y changent rien. Frappes de Heitzmann, de N'Zigou, de Feret, raid de Barbier... Autant d'actions chaudes dans la surface des visiteurs. Seul petit point noir pour les Champenois, la sortie de Didot, légèrement touché.

68e - 2-0 Enorme bévue du défenseur castelroussin Yanovski. Dans un geste digne du (non)regretté Eric Boniface, il lobe son gardien en voulant lui faire une passe en retrait. La ballon roule vers la cage vide. Opportuniste, Baléguhé carresse le cuir...
72e - 3-0 Et de deux pour baléguhé qui hérite d'un excellent centre de Truchet, côté droit, et crucifie Fernandez. "Et un, et deux, et trois zéro", scande le public rémois, qui avait rarement été à pareille fête depuis le début de saison.
Châteauroux termine le match à la dérive, et l'addition aurait encore pu être plus lourde sans une parade ex-tra-or-di-nai-re de Vincent Fernandez sur une superbe frappe de Baléguhé, "le" nouveau buteur rémois.

Conclusion : effectivement, Bertin et les siens ont "fait un truc" à Delaune... Ils ont frisé le ridicule.

 

 

Weber

Truchet Jeannel Delmotte Giraudon

Feret Bonnal Barbier Didot
N'Zigou - Heitzmann


 

Le match aller


 

 
 

 

Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL

www.reimsvdt.com