REIMS
GUINGAMP
Vendredi 19-03-2016
20h
0-1
Sankharé 26'




"En avant Guégan !"
La mauvaise vanne de Robinet


Ca se corse !


"Je ne comprends pas.
Sur l'appli Foot Manager, ma stratégie fonctionnait.
Regarde !"

De toute évidence, c’était le match à ne pas perdre avant le périlleux déplacement à Rennes, dans 15 jours. Reims a tout essayé, mais sans réussite. Trop d'imprécisions, trop de maladresses, mais aussi trop d'individualisme face à un vrai jeu d'équipe, celui de Guingamp, où la solidarité était le maître mot.
L'entraîneur stagiaire rémois a bien tenté de sauver les meubles en jouant le tout pour le tout à 30 minutes de la fin, mais sans une pointe d'imagination.

Faute d'avoir osé faire sauter les fusibles à temps, la pompeuse "institution" Stade de Reims a fait exploser son compteur points, comme c'était à craindre. "Oser", "imaginer", "inventer", c'est bien ce qui fait cruellement défaut au Stade. Décidément, on ne peut gérer un club de football comme une PME...
La mini-trêve pourrait encore compliquer les choses, psychologiquement parlant. 15 jours à ressasser ce résultat et à l’analyser dans tous les sens… sans réelle solution. Il faudra donc désormais s’en remettre aux contre-performances potentielles du Gazelec Ajaccio pour espérer rester parmi l’élite.
Comme prévu, le Nice-Ajaccio de ce dimanche a tourné logiquement à l’avantage des Azuréens (3-0), ce qui permet à Reims de récupérer sa 17ème place au bénéfice du goal-average. Mais, attention ! Ce n'est qu'une illusion… Les prochains Rennes-Reims et Gazelec-St Etienne nous en diront beaucoup plus.

Deux Rémois à l'hôpital : Aïssa Mandi pour un doigt cassé, Nicolas De Préville pour un nez cassé.


Adieu Monde cruel !
Olivier Guégan : "Le scénario est cruel". Jean-Pierre Caillot, qui s'en est pris à l'arbitrage  : "Le football est cruel". C’est le double constat de l’après-Guingamp. "Reims a tiré 21 fois au but contre deux fois pour Guingamp. Nous avons effectué 43 centres contre 6 pour nos adversaires. Que peut-on faire de plus ?"
Cadrer... tout simplement !


L'homme du match : La défense de Guingamp
"Si Sankharé aurait pu prendre cette place avec son but, Guingamp a surtout impressionné derrière par sa capacité à résister à la domination du Stade de Reims, qui n'a pas vraiment fait trembler l'arrière garde bretonne malgré l'avantage qu'ils avaient au niveau de la possession du ballon. Résultat, l'EAG a résisté et tenu le succès le plus important de sa saison, probablement. Elle inclut évidemment Lössl, auteur d'un arrêt décisif en toute fin de rencontre sur un tir, il faut le dire, qui aurait pu être mieux dirigé".




26' Sankharé 0-1 -
Younousse Sankharé, ancien pensionnaire du Stade de Reims, s’offre un petit numéro dans la surface rémoise, mystifie El Kaoutari, pas assez rapide, et marque dans un angle impossible. Guingamp prend l’avantage dans un stade Delaune brusquement réfrigéré.

9e -
Première occasion franche pour Reims. Oublié à droite de la surface guingampaise, Traoré centre en retrait pour Charbonnier qui bute sur Kebrat alors que le but était grand ouvert.

16’ -
Sur un coup-franc aux... 40 mètres, De Préville expédie le ballon sur la barre de Lossl qui s’était imprudemment avancé.

58’ -
Coup-franc à l’angle gauche de la surface de réparation guigampaise, à la suite d’une faute de Coco. De Préville joue les artificiers et Mandi tente de couper au deuxième poteau. Un classique rémois mille fois répété à l’entraînement qui, cette fois, ne se concrétise que par une petite frayeur côté breton. Jérémy Sorbon veillait et, visiblement, la stratégie rémoise était connue.

71’ -
Très belle ouverture de Charbonnier dans la profondeur pour Bifouma dont la reprise du gauche termine dans le petit filet.
Juste après, Charbonnier est remplacé par Siebatcheu. 10 minutes plus tôt, Signorino avait cédé sa place à Bangoura. Guégan joue le tout pour le tout…

Les Bretons, repliés dans leur camp, se contentent de défendre, ne laissant aucun espace à des Rémois à la fois imprécis, individualistes et maladroits.


90’ + 1 –
Bangoura se présente face à Lossl… mais maîtrise mal son geste. Le ballon termine dans les gants du gardien breton.

90’ + 4 -
C’est terminé à Delaune. Ce soir, Reims est relégable. Il faudra attendre la rencontre entre Nice et le Gazélec Ajaccio pour savoir s’il parvient à sauvegarder sa 17ème place au bénéfice du goal-average.




 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL  

Le webzine du Stade de Reims