LIGUE 2 (2016-2017)

.

AC AJACCIO
REIMS
Vendredi 14 oct. 2016
20h00
1-0
Pierre-Charles 43'






Reims dans la nasse corse

Les Corses de l’AC Ajaccio, amoindris, s’attendaient à recevoir le leader du championnat mais, en guise de Stade, on ne leur a proposé que le FC Reims.
On savait que ce déplacement en terre corse s’annonçait plus périlleux que le rayonnement de l’ACA ne pouvait le laisser croire et Reims s’y est visiblement mal préparé.
Appliqués en première période, les Ajacciens ont cadenassé la partie en seconde. Côté rémois, aucune occasion réelle dans le jeu. Quelques coups de pied arrêtés bien négociés, rien de plus…Les Stadistes se sont réveillés dans le temps additionnel, ce qui est un peu tardif.
Les Dr Jekyll et Mister Hyde du football montrent un visage radicalement différent, selon qu’ils évoluent à domicile ou à l’extérieur. Prochain déplacement pour le moins périlleux la semaine prochaine à Lens… Même si les Rémois bénéficieront de deux jours de récupération supplémentaires, l’affaire s’annonce compliquée.



Ce qu'il faut retenir

AC Ajaccio / Stade de Reims: 1-0
Spectateurs : 2 000 environ - Arbitre : Wilfried Bien
Avertissements: Baldé (38’), Maazou (42’), Boé-Kane (82’)
Buts : Pierre-Charles (43’)

AC Ajaccio : Goda, Cissé, Abdallah, Pierre-Charles, Fall, Boé-Kane (Vincent 85’), Abergel, Nouri, Gakpa (Madri 69’), Videmont (Chaïbi 73’), Maazou - Entraîneur : Olivier Pantaloni
Stade de Reims : Carrasso, Turan, Jeanvier, Weber, Conte, Da Cruz Gomes (Ndom 71’), Rigonato, Rodriguez, Baldé, Chavarria (Charbonnier 59’), Kyei (Berthier 59’) - Entraîneur: Michel Der Zakarian


71’ - Dernier remplacement côté rémois. NDom entre en jeu à la place de Da Cruz. Chavarria et Da Cruz de retour sur le banc, Reims va enfin évoluer au complet.

59’ - Der Zakarian revoit sa stratégie et repasse dans la disposition habituelle du Stade. Charbonnier remplace Kyei et Berthier, l’ombre de Chavarria. Pendant ce temps là, Ajaccio gère son but d'avance.

54’ –
Nouveau corner, nouvelle erreur de placement de la défense rémoise… et la balle du 2-0 est passée bien près. Même s’ils sont un peu plus offensifs qu’en première période, les Rémois ne sont pas à la fête sur la pelouse de François-Coty. Ils sont, pour le moment, bien trop brouillons pour inquiéter le gardien remplaçant corse.


LE POINT A LA MI-TEMPS
Reims, visiblement supérieur aux Corses privés de plusieurs joueurs cadres, n’a cependant pas joué sur sa véritable valeur dans cette première période, à tel point que les Acéistes, parfaitement inoffensifs en début de match, ont peu à peu pris confiance et que le jeu s’est équilibré.  Après un premier avertissement sans conséquence sur une perte de balle de Weber dans sa surface, la sanction est tombée au plus mauvais moment. A deux minutes de la pause, un corner a permis aux Acéistes d’ouvrir le score.



43' Pierre-Charles : 1-0
-
Sur corner, Jordan Pierre-Charles, le grand défenseur latéral corse,vient apporter de la hauteur devant la cage de Carrasso et, servi au millimètre par Videmont, smashe le ballon de la tête. Carrasso se troue... 1-0 pour les Corses.

38’ -
Un éclair dans le brouillard. Baldé fait enfin parler son talent en partant seul au but, mais il est stoppé irrégulièrement à l’entrée de la surface. Le coup-franc est détourné en corner, mais le coup de pied de  coin ne donne rien. Les Rémois réclament un penalty sur l’action.

26’ -
Première frayeur pour les Rémois. A la suite d’une perte de balle par Weber, Videmont se retrouve en position idéale face à Carrasso. Sa reprise depuis le point de penalty frôle le cadre.

15’ -
Entame au petit trot pour le Stade sur la pelouse bosselée (mais praticable) de François-Coty. Les seules (petites) occasions de la rencontre sont cependant rémoises : deux corners consécutifs aux 8e et 9e minutes, une percée de Diego ponctuée par un centre en retrait qui n’a pas trouvé preneur (11e) et un tir non cadré de Da Cruz au point de penalty (13e).

Petite assistance au stade François Coty pour recevoir le leader. Moins de 2.000 personnes. Et, hors derby contre le Gazelec, c’est pourtant la meilleure affluence de la saison. L’AC Ajaccio ne fait pas recette…



Les Ours s'offrent le leader

Le climat était pesant du côté de la cité impériale aujourd’hui. Joueurs et supporters avaient évidemment en tête l'accident du jour provoqué place Miot par des intempéries inhabituelles quelques heures avant le march. Il fallait pourtant être dans le coup pour la réception du leader du championnat, le Stade de Reims.

Pour affronter les Champenois, l’équipe ajaccienne présentait plusieurs changements au coup d’envoi par rapport à sa dernière réception : Jules Goda, Alioun Fall et Hugo Vidémont avaient la confiance d’Olivier Pantaloni pour pallier aux absences de Riffi Mandanda (blessé), Anthony Lippini et Johan Cavalli (suspendu).
Le coach manquait également à l’appel sur le banc de touche en raison d’une suspension à titre conservatoire. Cela n’altérait en rien les ambitions de l’équipe ainsi que la rage de vaincre au sein du staff technique et des joueurs.

Pierre-Charles assomme Reims

L’entame de match était correcte de la part des Ours mais ce sont les Rémois qui se montraient les plus dangereux. D’abord par un corner de Rigonato détourné in extremis (8’) puis par une mésentente en défense entre Fall et Abdallah (11’).
La demi-heure de jeu marquait la montée en puissance de nos Rouge et Blanc puisque Riad Nouri profitait d’un travail de Marvin Gakpa pour se présenter devant le but et frapper. Mais sa tentative passait tout près du poteau (26’).
L’équipe arrivait finalement à prendre l’avantage en toute fin de première mi-temps grâce à Jordan Pierre-Charles. Suite à un corner, le défenseur trompait Johan Carrasso et donnait l’avantage à son équipe. 1-0 à la pause.

La seconde période débutait par un déboulé de Laurent Abergel (52’) mais sa frappe était détournée par un défenseur. Le milieu de terrain a fait forte impression au public ajaccien depuis le début de la rencontre. Combativité et abnégation étaient au rendez-vous. Les Rémois étaient d’ailleurs mis en difficulté. Michel Der Zakarian était obligé de revoir ses plans et d’effectuer un double changement à l’heure de jeu.

Des Ajacciens à la hauteur

Dix minutes plus tard, Olivier Pantaloni souhaitait lui enfoncer le clou en faisant rentrer Ilyes Chaïbi et Mouaad Madri sur le flanc offensif à la place d’Hugo Videmont et Marvin Gakpa. Moussa Maazou coulissait dès lors sur le côté droit. Un poste qui le mettait en valeur grâce à sa vitesse et sa puissance.
Reims tentait de réagir en fin de partie grâce à une percée de Grégory Berthier qui manquait le cadre (84’). Tout comme Charbonnier sur sa frappe puissante dans les ultimes secondes. Mouaad Madri avait mené un contre une minute plus tôt mais Maazou laissait filer le centre pour Nouri… et la défense intervenait.
L’ACA s’offre le leader et trois points précieux pour la suite du championnat. Tous les acteurs ont su se montrer à la hauteur du défi. De bon augure pour la suite. L’équipe est désormais classée 9ème avec 15 points au compteur.


L'AC Ajaccio "tombe" le leader !

Les Ajacciens ont réalisé une belle prestation d'ensemble récompensée par un but en première mi-temps offrant une quatrième victoire à domicile leur permettant de basculer dans la première partie du classement.
En tout cas, on assiste à un match plaisant et rythmé, les deux formations cherchant à faire vivre le ballon qui bascule rapidement d'un camp à l'autre d'où de nombreuses opportunités pour les attaques mais les deux défenses font bonne garde !
C'est simple : Ajaccio et Reims se rendent coup pour coup. C'est toutefois l'ACA qui sera récompensé de ses efforts sur l'ensemble de la première période. Suite à un corner de Vidémont, Pierre-Charles, bien placé plein axe, saute plus haut et trompe Carasso de la tête (44e). De quoi entrer gonfler à bloc à la mi-temps !
A bout de forces en fin de rencontre, les courageux « Blanc et Rouge » préserveront leur maigre avantage et signent leur quatrième succès de la saison.





L'AVANT MATCH
Ne pas rester sur la touche...

Les Rémois dans la bourrasque
Partis à 8 heures du parvis du stade Delaune, les Rémois n’ont atterri qu’à 13 h 40 à l’aéroport Napoléon-Bonaparte d’Ajaccio, après une matinée de transport compliquée par les conditions climatiques.
Après 1 h 35 de vol depuis Vatry, l’approche du tarmac ajaccien s’est en effet révélée impossible à cause d’une visibilité trop réduite. L’avion de la délégation champenoise a ainsi été dérouté vers Figari.
Après deux heures d’attente et avoir envisagé de faire les trois heures de route vers Ajaccio en bus, les Stadistes ont pris le risque de redécoller sans certitude de pouvoir poser leur jet. Après quinze minutes de vol, ils ont finalement réussi à atterrir sous une pluie battante. Ils n’ont pu déjeuner qu’à 14 h 30…
(Source : L’union)



Reprise du championnat  après la mini-trêve internationale avec un déplacement plus périlleux qu’il n’y paraît sur la pelouse de l’AC Ajaccio, une équipe percutante en attaque qui a donné bien du fil à retordre à Brest il y a quinze jours.



Equipe en demi-teinte, l’ACA entame cette saison son troisième exercice consécutif en Ligue 2, après une expérience furtive en Ligue 1. Mais, il s’en est fallu de peu que le club corse ne reste en rade, faute de moyens financiers suffisants.
Finalement, après avoir resserré quelques boulons, ou plutôt quelques cordons de la bourse, l’ACA a réussi à montrer patte blanche devant la DNCG qui l’a autorisé à disputer une 18ème saison consécutive chez les pros, avec un budget évalué à 8 millions d’euros mais une masse salariale encadrée.

Pour mener à bien sa mission maintien, Olivier Pantaloni, l’entraîneur acéiste, peut s’appuyer sur un groupe pro reconduit en quasi-totalité par rapport à la saison dernière et, surtout, puiser allègrement dans son centre de formation.
Résultat : pas de noms ronflants dans les rangs ajacciens, mais une équipe, adepte du pressing haut sur sa pelouse, dont les arguments offensifs sont bien réels.
Avec Maazou (éminemment dangereux !) en fer de lance, Nouri en accélérateur de jeu et Cavalli aux manettes, l'ACA a la faculté d'inquiéter n'importe quelle équipe. Brest, qui a arraché un point quasi miraculeux en Corse, en a fait l’amère expérience fin septembe. Et Reims, tout leader qu’il soit, a de bonnes raisons de se méfier…

LES GROUPES
AC Ajaccio : Abdallah, Abergel, Boé-Kane, Chaïbi, Cissé, Fall, Frikèche, Gakpa, Goda, Maazou, Madri, Nouri, Pierre-Charles, Sollacaro, Videmont, Vincent.
Reims : Carasso, Mendy - Conte, Jeanvier, Traoré, Turan, Weber - Berthier, Da Cruz, Ndom, Rigonato, Rodriguez, Baldé - Charbonnier, Chavarria, Kyei.

.

 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL  

Le webzine du Stade de Reims