LIGUE 2 (2016-2017)

.


REIMS
VALENCIENNES
Vendredi 20 janvier 2017
20 h 00

0-0




Déprimant !

Au terme d’une rencontre sans âme qui fut la copie conforme du match aller, les Rémois ont mené le public - aussi maigre que frigorifié - au bout de l’ennui.
Incohérence dans le jeu, attaque en berne, passes approximatives, déchet technique, absence de motivation… Tous les ingrédients qui ont fait la réputation du Onze stadiste depuis le début de la saison étaient réunis ce soir sur la pelouse de Delaune.
Déprimant !



Le peu à retenir

Reims - Valenciennes: 0-0
Stade Delaune, environ 8.000 spectateurs. Arbitre : W. Lavis.
Avertissements au Rémois Rodriguez (52e); aux Valenciennois Butin (41e), Enza-Yamissi (89e).

REIMS : Carrasso; Métanire, Jeanvier, Weber (cap.), Bouhours; Berthier, Kankava, Rodriguez, Diego; Chavarria (Kyei 75e), Baldé (Oudin 78e). Entraîneur : Michel Der Zakarian.
VALENCIENNES : Perquis; Néry, Nestor, Kantari, Niakhaté; Fulgini, Tameze, Enza-Yamissi; Roudet (cap.); Diarra (Azbague 78e), Butin (Faustin 62e). Entraîneur : Faruk Hadzibegic.


Michel Der Zakarian : "On perd deux points. On a trop manqué de justesse. Ce nul est une déception surtout au regard de la première période, où nous avons les situations franches. En seconde période, nous avons trop manqué de justesse, de mobilité. Nous avons été poussifs. Malgré ça, on a toujours su être menaçants avec les coups de pied arrêtés."


60e - Première occasion franche de la rencontre, dans le jeu. Elle est valenciennoise. Diarra se joue de Jeanvier, pénètre dans la surface,  se présente face à  Carrasso, mais perd son duel.

LE POINT A LA MI-TEMPS
Reims tente mais n’arrive à rien… Bref ! On s’ennuie ferme dans les travées de Delaune. Après avoir montré de bonnes intentions en début de rencontre, les Rémois ont peu à peu laissé le jeu à une équipe valenciennoise bien organisée. Les Nordistes maîtrisent l’art de mettre le pied sur le ballon avant de planter des banderilles.
En panne offensivement, les Stadistes ont beaucoup trop de déchet dans leur jeu pour se montrer dangereux. Si le rythme du match n’évolue pas, il faudra sans doute s’en remettre aux coups de pied arrêtés pour espérer débloquer le compteur.


20’ -
Les Rémois dominent légèrement ce début de rencontre, sans grand danger pour les Nordistes jusqu’à la 18ème minute où Baldé aurait pu ouvrir le score sur corner… mais le ballon a été sauvé sur la ligne par Fulgini, alors que le gardien était battu.



Valenciennes a opposé sa meilleure défense

Semaine quasiment parfaite pour Valenciennes qui après avoir battu Sochaux lundi (2-1) a, ce vendredi soir, tenu Reims en respect (0-0). Les Nordistes ont fait preuve de beaucoup de discipline et d’une grosse solidarité dans un froid polaire.

La série commence à avoir fière allure pour Valenciennes, qui a signé vendredi son septième match consécutif sans défaite en championnat. Sur la pelouse de Reims, meilleure équipe à domicile (huit victoires et une seule défaite en dix matchs), cela n’avait rien d’évident, mais les joueurs de Faruk Hadzibegic ont su braver les moins cinq degrés glaçants et garder leur belle discipline affichée lundi contre Sochaux pour contenir des Champenois qui ont usé et parfois abusé du jeu direct sans faire la différence.

Meilleure attaque du championnat, VA a vendredi soir surtout brillé par sa défense, qui a sorti un énorme match sous le feu nourri des Rémois (50 centres). La stratégie des hommes de Der Zakarian était assez limpide : obtenir des coups de pied arrêtés pour le pied magique de Diego. C’est ainsi qu’ils firent passer de gros frissons avec des têtes de Jeanvier (12e, 64e) et Weber (45e), ou des tirs de Baldé contrés sur la ligne par Fulgini (17e) et dans la surface par Niakhaté (40e). Sans vraiment ébranler l’organisation valenciennoise.

Bonnes dispositions

Car si Reims parvint à mettre la pression en première période, il baissa en revanche nettement de pied après la pause, où le bon jeu de possession de VA lui fit perdre ses repères. Il s’agaça, se précipita. Et tomba systématiquement sur des défenseurs bien placés, à l’image de la charnière Nestor-Kantari assez royale. « J’en retire beaucoup de satisfaction. On n’a pas reculé. L’équipe a su être très disciplinée », salua Faruk Hadzibegic, qui a apprécié la performance.

A l’affût à six points du podium avec une confiance à la hausse, VA peut juste regretter sa timidité offensive, quatre jours après Sochaux. Il manquait sans doute un peu de jus devant, où la confiance avait été maintenue à Butin et Diarra. « J’avais choisi l’expérience pour garder les ballons. On a sans doute manqué de profondeur mais nos attaquants ont bien travaillé pour le collectif », souligna Hadzibegic. Dans ce système, VA a eu du mal à se mettre en position de marquer. Enza-Yamissi dévissa une reprise dans la surface (36e) ; puis Diarra, après avoir superbement éliminé Jeanvier, buta sur Carrasso à deux mètres du but (60e).

C’est un peu maigre pour aller chercher une victoire, mais un nul avec un caractère sur le terrain d’une ancienne équipe de Ligue 1 peut suffire au bonheur du moment. VA confirme qu’il a recommencé l’année dans de bonnes dispositions, avec un goût certain pour le jeu et la discipline. Deux qualités à mettre au chaud pour la suite.






L'AVANT-MATCH

Attention ! V.A. tient la distance

"Physiquement, nous étions vraiment très bien. Notre travail a payé. Le match aurait pu continuer encore une demi-heure, pas de problème, nous étions bien en jambes. C’est grâce au stage.
Ah ça c’est sûr, c’était l’armée ! Six heures du mat’, quatre entraînements par jour. Mais ça paye ! Il n’y a pas de secret, quand on bosse comme on l’a fait au Touquet, derrière on a la récompense…"
Voilà quelques-unes des réflexions des joueurs valenciennois après la victoire contre Sochaux, obtenue dans les dernières secondes. C’est une évidence, les Nordistes sont en forme…


Faruk Hadzibegic n’a procédé qu’à un seul changement dans le groupe vainqueur de Sochaux lundi (2-1) qui ira défier Reims ce vendredi. Nuno Da Costa, touché aux adducteurs avant la demi-heure de jeu face aux Doubistes, cède sa place au jeune Steve Ambri (19 ans), qui a effectué ses débuts en Ligue 2 à Auxerre avant les fêtes.

Avec deux matchs au programme en cinq jours, le staff a privilégié cette semaine la récupération tout en s’adaptant aux conditions climatiques. La plaine de jeu du Mont-Houy étant congelée, les Valenciennois se sont entraînés au stade du Hainaut pour profiter d’une pelouse chauffée en bon état. La séance a été légère, basée sur la vivacité, la tonicité et la réactivité.

Faruk Hadzibegic a par ailleurs fait en sorte de laisser retomber un peu de pression après un début d’année intense entre le stage au Touquet et la préparation du match face à Sochaux. "Cette victoire contre Sochaux a fait beaucoup de bien, au classement et dans les têtes. Elle était méritée. Les joueurs ont été récompensés pour leur discipline dans le jeu et leur investissement. Je ne peux que les encourager à poursuivre dans cette voie."
Ce sera le sens de sa causerie avant le gros défi qui attend son équipe en Champagne. "C’est une équipe taillée pour la Ligue 1, avec un gros effectif. À domicile, elle est obligée de gagner. Nous sommes prévenus, un gros match nous attend", souligne l’entraîneur, qui estime que son équipe est capable d’enchaîner si elle s’en donne les moyens.


LES GROUPES
Reims :
Carrasso, Mendy - Amiot, Bouhors, Jeanvier, Metanire, Weber – Berthier, Da Cruz, Diego, Kankava, NDom, Rodriguez – Baldé, Chavarria, Kyei, Oudin.
Bourg-Peronnas : Merville, Perquis - Aloé, Kantari, Nery, Nestor, Niakhaté - Azbague, Diarra, Enza-Yamissi, Fulgini, Roudet, Tameze - Ambri, Butin, Faustin.


 


Vu des Tribunes : l'actualité du Stade de Reims - Rédaction-conception : Michel HAMEL  

Le webzine du Stade de Reims