STADE DE REIMS - CLUB FRANCISCAIN ( DH Martinique) : 3-1

Samedi 14 décembre - Parc des Sports de Marville - La Courneuve - Arbitre : M.Valeao

Laquait (2e), Haddadou (47e), Létang (89e) pour REIMS - Percin (63e) pour Le Club Franciscain

 

8ème TOUR

 

clicLes buts et la réaction de Goavec : ECOUTEZ !

1,2 Mo - fichier audio réalisé par Fifty One FC

 

clic Les premiers enseignements

 

Jérôme Frétard : la joie spontanée du "marcassin"

 

Goavec première

clic Fil de match

 

5.000 Martiniquais de Paris à La Courneuve. C'était... inattendu

"J'ai aimé l'esprit de groupe et la détermination de mon équipe" lançait Denis Goavec à qui voulait l'entendre, immédiatement après le match.

Servis par une ouverture rapide du score, les Rémois ont effectivement bien joué le coup contre le Club Franciscain, érodant sciemment les forces des Martiniquais en première période avant de porter l'estocade dès la reprise, et nous offrant ensuite quelques superbes phases de jeu.

Pour autant, tout n'est pas forcément pour le mieux dans le meilleur des mondes.

A La Courneuve, Denis Goavec avait choisi de relancer plusieurs exclus de l'ère Collat : Olivier Pickeu, Eric et Frédéric Boniface, dont il s'est avéré qu'ils étaient tous trois à court de compétition.

Parallèlement, la défense s'est encore montrée très fébrile, trop fébrile pour pouvoir supporter les assauts autrement incisifs de Toulouse, jeudi prochain. Après cette promenade de santé dominicale, le déplacement en Midi-Pyrénées fera figure de premier véritable test. C'est ce jour là que l'on pourra mesurer les progrès réalisés par l'équipe et l'apport de son entraîneur.

 

 

 

 

 

 

 

ERIC BONIFACE

Goavec veut en faire le nouveau "patron" de la défense

 

Le retour des frères Boniface au sein de l'équipe ne tenait pas de la simple remise en jambes. Denis Goavec compte sur eux et veut faire d'Eric le nouveau patron de sa défense.

 

Retour au bercail - Le Stade de Reims version Goavec dévoilait hier son premier visage, au Parc des Sports de La Courneuve face au Club Franciscain. L'un des traits marquants était la réapparition, dans le groupe, de l'Antillais Eric Boniface, banni du temps de Collat.
Plus revu dans le onze de départ depuis le 28 septembre, l'ancien Gueugnonnais ne devait pas sa titularisation à ses origines martiniquaises. Denis Goavec n'est pas homme à faire ce type de cadeau. Même en guise de bienvenue !
Le technicien marnais a rappelé l'aîné des Boniface pour en faire le patron de son secteur défensif. Associé à Liron dans l'axe, il a effectué une rentrée sobre, même s'il lui a fallu intervenir de manière autoritaire dans les pieds de Percin (15e).
Pour le reste, en première période, l'arrière-garde rémoise, vigilante, n'a que rarement été sollicitée. L'athlétique Antillais, auteur tout de même de quelques relances hasardeuses, a bien tenté de placer sa tête sur quelques coups de pied arrêtés mais le botteur n'a jamais trouvé son crâne.
On demande à revoir
En seconde période, la défense a été sous pression. Pas énorme certes mais les attaquants du Club Franciscain étaient plus présents devant les cages de Balijon. De quoi rappeler que les Martiniquais ne s'avouaient pas vaincus malgré le deuxième but d'Hadadou (46e).
Toujours en proie à des soucis de transmission (peut-être le manque de compétition), Eric Boniface, sans doute heureux de voir également rentrer son frère Frédéric à la place de Tchami, et ses équipiers étaient avertis. Sans frais. Jusqu'à la réduction du score par l'excellent Percin, à l'heure de jeu, exploitant une inattention rémoise symbole d'une concentration qui n'était plus maximale à cet instant. « Nous avons cru que le match était terminé. Nous nous sommes mis dans la difficulté seuls », confesse le libero champenois.
Ensuite en effet, la fin d'après-midi fut moins confortable pour le défenseur champenois. Gênée par la technique et la mobilité d'un Percin ou l'engagement d'Emica, l'arrière-garde des Rouge et Blanc a montré ses limites d'un jour : les difficultés de cohésion et l'absence d'automatismes qui lui ont valu par exemple d'éprouver toutes les peines du monde à jouer le hors-jeu. Sans compter le manque de communication qui a failli coûter l'égalisation sans une sortie décisive de Balijon.
Mise en difficulté aussi par son milieu de terrain récupérant moins de ballons, la défense a dû faire face à une vague d'attaques ponctuées de balles en profondeur qui ont souvent semé le trouble.
Eric Boniface s'en est sorti sans casse. Rassurant sans doute même s'il conviendra de ne pas afficher les mêmes errements jeudi à Toulouse. N'Doye, Fauré et autres Giresse ou Bancarel ont besoin de moins de largesses. Le véritable test sera celui-là.
L'ancien Bourguignon devrait être de la partie. Son départ du Stade ne semble plus à l'ordre du jour : « C'est un mauvais souvenir. J'ai discuté avec le nouvel entraîneur. J'ai envie de faire un bout de chemin avec lui et les Rouge et Blanc. »
Philippe Launay

 

 

Laurent gagnant, Létang gambadant.

 

Ce match, qui faisait figure d'événement "national" à La Martinique, fut retransmis en direct.

Devant les caméras de RFO, le KRB a volé la vedette aux Ultrem

qui ne s'étaient pas déplacés à La Courneuve pour cause de "grève de protestation".

 

Jérôme Frétard comme on l'aime : décontracté, souriant, proche du public.