Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Stade Reims - Lorient-Reims : 3-1


Yanik a débloqué son compteur


Serkan Yanik, Stadiste depuis quatre ans, avait déjà été appelé, sans sortir du banc, en Coupe contre Sannois et à Dijon en championnat. Aurélien LAUDY
 

 


14-05-06 - Truchet, Barbier et Giraudon blessés, Thierry Froger n'avait pas, vendredi à Lorient, mille solutions pour consolider sa dernière défense de la saison. Le technicien a innové en lançant Serkan Yanik dans le bain.
Ce défenseur, 29e joueur utilisé par les Rouge et Blanc, a disputé ses premières minutes en L2. De retour d'une suspension en CFA2, le jeune homme (19 ans) a marqué des points en sauvant deux fois devant Barry, aux 7e et 43e.

Serkan, comment avez-vous vécu cette première apparition chez les pros ?
« L'avant-match est stressant. Une fois que le coup d'envoi est donné, on oublie la pression. On oublie l'ambiance, le public nombreux. On se concentre pour bien jouer. Les coéquipiers m'ont beaucoup parlé, notamment Miguel Comminges avec qui je devais bloquer le couloir droit (Julien Léonard, improvisé arrière gauche, et Julien Ielsch tenaient le gauche). Ludovic Jeannel et Christophe Delmotte ont aussi communiqué. Il fallait rester en ligne. »

Cela a dû vous faire bizarre d'entrer sur la pelouse ?
« Cela m'a fait un choc de me voir dans la composition d'équipe diffusée le matin dans le journal. Quand j'ai vu mon nom dans le onze de départ à la causerie, deux heures avant le match, c'était encore plus fort. »

Comment avez-vous appris votre convocation ?
« Je l'ai su le mercredi alors que je m'entraînais avec la réserve. Au bout de dix minutes, je suis retourné me changer car je devais être le lendemain matin avec l'équipe première. Là, j'espérais jouer quelques minutes. Alors, attaquer directement. »

Quel bilan tirez-vous de ce baptême du feu ?
« Je suis cuit physiquement. C'est la grosse différence entre le CFA2 et la L2. Tout va très vite. La moindre erreur de relance ou de placement se paie cash. Sinon, je me suis bien adapté à ce poste de latéral droit même si je joue plutôt à gauche en réserve. »

Cette prestation doit vous ouvrir des perspectives ?
« Le coach m'a déjà donné rendez-vous pour la reprise en juin. Il me fait confiance et m'a montré qu'il compte sur moi. C'est un bon signe comme le mot du président Caillot qui m'a dit que j'avais fait un bon match.
Comme je reprends avec les professionnels, je vais arrêter l'école. J'étais en 1re année bac pro compta. Pour l'examen, je vais prendre des cours par correspondance. Il va falloir gérer cela. »

Vous réalisez votre rêve !
« J'avance. Etant Troyen, j'ai fréquenté l'Estac jusqu'en 15 ans où le club ne m'a pas conservé. J'ai alors été contacté par Franck Triqueneaux. Le Stade, c'était un bon compromis entre mon souhait de progresser et celui de ne pas trop m'éloigner de ma famille. Aujourd'hui, je n'ai aucun regret. »
Philippe Launay


reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés