Horoscope Météo Télé Loto
Abonnement Contact Infos légales Impôts








•  Reims-Châteauroux : 3-0


Tagro offre le champagne



Truchet et les Stadistes enchaînent les buts et les victoires. Christian LANTENOIS
 

 


14-01-06 - Pour la première fois de la saison, le Stade a su enchaîner deux succès consécutifs. En confirmant hier soir face à Châteauroux sa métamorphose offensive, Reims s'est remis dans le bon sens et peut désormais envisager atteindre l'objectif fixé qui est de terminer dans la première partie du classement.

Départ idéal

Emmitouflé dans sa gabardine sombre, ce fan de la belle époque lâcha un tonitruant « ça ne pouvait pas mieux commencer ». 180 secondes de jeu et, déjà, le Stade annonçait la couleur sous la forme d'un puissant coup franc de Delmotte, claqué en corner par Fernandez.
Le temps de réajuster la mire et l'objectif était atteint. Au départ, une passe en retrait Ð sifflée par le public Ð de Barbier vers Jeannel.
D'une longue ouverture, l'ex-Castelroussin trouvait la tête d'Heitzmann qui remisait dans la surface. Pressé et un tantinet bousculé par Nzigou, Fernandez relâchait ce ballon facile que Shiva Star s'empressait de glisser dans le but (11e).
Ca ne pouvait en effet pas mieux commencer pour un onze rémois amputé de deux milieux titulaires Ð Bonnal et Bah Ð mais terriblement déterminé, à l'image d'un Féret plutôt inspiré en position de meneur axial.
Ce but Ð le 4e en deux matches joués en 2006 Ð n'allait pourtant pas libérer les Champenois qui, progressivement, laissaient l'initiative du jeu à leurs hôtes. Certes, en pareil cas, le contre pouvait se montrer payant, mais le danger guettait. Il avait la forme du robuste Socrier qui bénéficiait coup sur coup de deux balles d'égalisation. Sur la première, Weber intervenait avec brio, sur la seconde, il manquait le cadre (20e et 22e).
Continuer à attaquer ou attendre pour placer le contre décisif ? Les Rouge et Blanc passaient le reste de cette première mi-temps à s'interroger sur la conduite à adopter face à un rival habile techniquement et généreux dans l'effort.
C'est sur des contres qu'il se procurait quelques occasions, souvent freinées par des mauvais choix de passe, des positions de hors jeu et une pelouse indigne de l'événement.
Dès la reprise, le milieu new-look du Stade changeait encore de physionomie avec l'entrée de Bah à la place de Didot (touché à la cheville).
Reims se procurait une superbe occasion par l'entremise de Heitzmann parfaitement démarqué par Féret, mais le meilleur buteur local voyait son tir dans la surface repoussé du pied par Fernandez (50e).

Grossière erreur

Le mauvais état de la pelouse ne favorisait pas la construction des attaques. Le Stade s'en trouvait handicapé et tombait parfois dans ses habituels travers en procédant par de longues balles aériennes en direction de ses « petits » attaquants.
La partie allait basculer à la suite d'une grossière erreur défensive castelroussine. Sur un long ballon aérien, voulant donner en retrait pour son gardien, l'expérimenté Yanovski lobait de la tête Fernandez sorti à sa rencontre. Entré une minute plus tôt, Baléguhé n'avait qu'à pousser le cuir dans le but vide (70e).
Quatre minutes plus tard, Tagro-le-miraculé était à la réception au deuxième poteau d'une « galette » de Féret. L'ex-Gueugnonnais inscrivait de la tête son premier doublé sous ses nouvelles couleurs.
La suite du match devenait anecdotique. Tagro manquait d'un rien le coup du chapeau. Mais l'essentiel était assuré. Et bien assuré.
Gérard Kancel

REIMS : Weber ; Truchet, Jeannel, Delmotte (cap), Giraudon ; Ielsch, Barbier, Didot (Bah, 52e) ; Féret (Hebbar, 77e) ; Nzigou, Heitzmann (Baléguhé, 68e).


reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés