Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Ligue 2 : Reims-AC Ajaccio : 4-1


Une heureuse convalescence

En dominant Ajaccio sur un score plus que flatteur, le Stade a mis un terme à une série de trois défaites. Mais dans sa situation tous les petits bonheurs sont bons à prendre.

Avec son doublé, Cédric Fauré a porté son total à 11 buts.; Pour sa première titularisation, Nicolas Godemèche a porté bonheur au Stade. Christian LANTENOI
 

 

24-02-2007 - Le trac ? La pression du résultat ? La peur de l'échec ? Difficile de trouver une raison au manque d'entrain affiché par les Stadiste durant une demi-heure. Aucun contre favorable, des imprécisions, imperfections, approximations. Les mauvaises passes succédaient aux tentatives malheureuses. Bref, Reims ne semblait pas être débarrassé de ses démons 2007.
Le pire, c'est que cette entame sans enthousiasme allait servir les desseins d'un adversaire ajaccien qui n'en demandait pas tant pour se remettre dans le bon sens après son dérapage au Havre.
Ainsi, le tonique Mandrichi dominait nettement une défense axiale locale constamment sur les talons. Durant une demi-heure, le Stade divaguait, peinait, souffrait.
Le collectif était aux abonnés absents. Cueillis à froid par un uppercut de Mandrichi, les demi-finalistes de la Coupe de la Ligue allaient longtemps sombrer au grand étonnement de leurs supporters venus les encourager à s'extirper de leur spirale négative.
A l'image de Fauré manquant l'immanquable, Reims subissait son destin, s'en remettant à un éclair de Tiéné pour revenir à hauteur de son hôte, pas étouffé par son arrogance.
« Était-ce de la crispation, un manque confiance, toujours est-il que nous n'étions pas dedans », reconnaissait après coup Thierry Froger ?

Comminges « Ronaldinho »

Dans ce match complexe joué par des complexés, les intentions se heurtaient aux actes.
L'entraîneur rémois confirmait : « Nous devions courir après un handicap, mais nous étions rétrécis, craintifs. Nous n'agissions pas. Nos quelques coups de boutoir étaient insuffisants ».
Les gri-gri de Tiéné tenaient le peuple en éveil dans l'attente de l'exploit de la soirée, signé Miguel Comminges. Comminges, dont personne ne connaît le son de la voix, allait, à la manière d'un Ronaldinho, faire se dresser Delaune en offrant à Fauré son 10e but de la saison.
Un exploit qui allait décoincer une équipe apathique, qui remettait ça quelques minutes plus tard grâce à son incontournable duo, Fauré-Féret. Ce dernier inscrivant là son 9e but.
Que de souffrance pour en arriver là. Trois défaites consécutives, cela faisait un peu désordre au sein d'un team qui avait parfaitement animé le début de saison. Le succès, obtenu le 26 janvier face à Dijon (1-0), avait enfin une suite positive.
« Toutes les mauvaises séries ont une fin », avouait un président Jean-Pierre Caillot soulagé, « même si vous avez vu une équipe encore en convalescente. L'important était de stopper cette spirale négative. Nous y sommes parvenus, non sans mal ».
Comme d'autres, le président avait encore en mémoire cette tête de Dzodic repoussée in extremis par Liébus sur sa barre, ou ce penalty qu'aurait pu siffler M. Coué, sur une incursion de Khiter. « On ne reconnaît pas le Stade de Reims du début de saison, les joueurs doutent encore trop ».

« Plus guerriers plus leaders »

Reims sort péniblement du tunnel. « Il nous faudra retrouver un meilleur niveau pour éviter d'autres déceptions », expliquait Froger, « il est important de bien finir la saison ».
Le coach qui avait « secoué » ses joueurs à la mi-temps, exigent d'eux qu'ils soient « plus guerriers, plus leaders. On ne communique pas assez ».
Ce succès poussif, au score flatteur face à une équipe ajaccienne qui a encaissé hier soir son huitième but en deux matches, ne doit certainement pas masquer l'essentiel.
Le Stade n'est pas guéri : « On ne pose trop de questions », dira Froger.
Gérard Kancel

Le fil de match
Stade de Reims bat AC Ajaccio 4-1 (1-1). Temps frais. Pelouse grasse. Bon éclairage. 6.055 spectateurs dont 574 invités moins de 16 ans. Arbitre : M. Coué. Buts : pour Reims, Tiéné (38e), Fauré (65e, 93e sur penalty), Féret (71e) ; pour Ajaccio, Mandrichi (2e).
REIMS : Liébus ; Comminges, Baldé, Barbier (cap), Giraudon (Akouzar, 81e) ; Maspimby (Ielsch, 56e), Tourenne, Godemèche (Bonnal, 56e), Tiéné ; Féret, Fauré.
AJACCIO : Radic ; Dujeux, Laurenti, Dzodic, Collin (cap) ; Khiter, Rodrigo, Pierazzi (Connen, 37e), Lacombe (Chafni, 61e) ; Scarpelli, Mandrichi.


REIMS 0 - AJACCIO 1
2e : les Ajacciens semblent vouloir mordre dans la balle. Sur le côté droit, Pierazzi adresse un centre que Mandrichi dévie devant Baldé, suffisant pour prendre Liébus à contre-pied.
15e : Tourenne trouve Maspimby sur le côté droit qui centre au deuxième poteau pour Tiéné dont la reprise de volée du gauche est trop enlevée.
23e : coup franc rasant de Lacombe sur lequel Liébus se couche bien au premier poteau.
25e : après quelques échanges dans la surface, Tiéné centre du droit et trouve Fauré démarqué aux 6 mètres. Pressé par Radic, le buteur rémois frappe en force. à côté.
29e : le remuant Mandrichi se joue de Giraudon et Tiéné avant de centrer. Khier est trop court pour reprendre le ballon qui longe la ligne de but.

REIMS 1 - AJACCIO 1
38e : Fauré lance Tiéné qui slalome entre trois défenseurs avant de voir son tir du droit contré dans la surface. Féret, qui a suivi, subtilise le ballon dans les gants de Radic, centre immédiatement du droit pour Tiéné dont la reprise de la tête fait mouche.
60e : corner de Lacombe et tête de Dzodic au premier poteau. Super réflexe de Liébus qui dévie la balle sur sa transversale.

REIMS 2 - AJACCIO 1
65e : rapide échange sur le flanc droit entre Ielsch et Comminges. Le Guadeloupéen prend le couloir, réussit un grand pont sur Collin et délivre un centre précis vers Fauré qui s'empresse de convertir de la tête.

REIMS 3 - AJACCIO 1
71e : à la lutte avec Dzodic, Fauré parvient à servir Féret lancé plein axe. Ce dernier crochète Laurenti et trompe Radic d'un plat du pied délivré à l'entrée de la surface.

REIMS 4 - AJACCIO 1
93e : Féret récupère le ballon au niveau de sa surface, élimine Dujeux puis démarque Akouzar. L'ex-Beauvaisien est déséquilibré par Collin dans la surface. Le penalty est transformé en force par Fauré.



www.reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés