Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Reims-Châteauroux : 0-2 - Ligue 2


C'est la « Berri » qui rit

Onzième revers rémois, le troisième à Delaune. Hier soir Châteauroux a largement profité du manque de conviction stadiste. Le ressort est-il cassé ?

Sako à l'attaque oblige Maspimby et Fauré à le prendre en chasse. Christian LANTENOIS
 

 


13-03-2007 - Avec seulement trois points pris lors de ses six derniers matches, le Stade emprunte un parcours de relégable. En tout cas bien loin de ses ambitions initiales.
Une mi-temps pour rien ? On aurait pu le penser tant la première partie de ce match de clôture de la 28e journée fut bien trop sympa, bien trop plaisant parfois, mais globalement insipide.
Cet affrontement champeno-berrichon avait des airs de partie de campagne, d'opposition de début ou de fin de saison : ambiance intimiste, enthousiasme refroidi, ambition mal définie, envie retenue.
Quarante-cinq minutes pour se mettre en jambes et quarante-cinq autres pour se décider à jouer un match de L2. Un manque évident de concentration, de part et d'autre, comme si l'enjeu ne valait pas vraiment la chandelle en ce soir insolite de compétition.

Mauricio aime Reims

Si Féret et Tiéné auraient pu ouvrir la marque, si Mulenga n'avait pas vu une de ses reprises échouer sur la transversale, ce match aurait sans doute pris une autre tournure, les attaquants semblant un peu moins passifs que les défenseurs.
Menant aux points, Reims se montrait un peu plus convaincant à la reprise. Ses initiatives se voulaient plus tranchantes, avant qu'un exploit de Mauricio, le meilleur buteur en activité de la L2 (113 buts) ne refroidisse ses ardeurs. Ce Mauricio qui avait failli signer en Champagne, il y a deux étés.
Liébus pouvait enrager. Le public aussi dix-huit minutes plus tard lorsque Bayod ajoutait, comme à la parade un deuxième but. L'affaire était classée car, cette saison à l'extérieur, Châteauroux n'avait jamais perdu en ouvrant la marque.
Sans jouer, en suant à peine, le Stade concédait sa onzième défaite de la saison, la troisième à domicile. L'entrain rémois s'est dilué dans un contexte peu propice à l'exploit.
« La différence s'est faite sur un geste technique, un but venu d'ailleurs », a expliqué Thierry Froger, visiblement agacé par la tournure que prend cette fin de saison. Le coach ne s'est pas caché pour désigner les coupables : « Même si ce premier but nous fait mal, on doit être plus consistants par la suite. Notre faiblesse collective a été criante ».
Pour la première fois de la saison, Reims quitte la première partie du classement en ne prenant que trois points lors de ses six derniers matches. « Il nous faudra gagner le plus vite possible », espère le coach qui ne veut pas croire en une fin de saison bâclée. La tension est palpable au sein du groupe et certains joueurs se défient au vu de tous.
« Il faut sauver la fin de la saison, poursuit Froger, pour le club qui demeure ambitieux, pour tous ceux qui croient en son redressement ».

« Les joueurs doivent assumer »

Cette défaite de trop marque visiblement un tournant dans la saison. Malgré toutes les discussions, les mises en garde et les séances de motivation, Reims peine à trouver un jeu digne de ce nom.
« Les joueurs sont responsables du classement, ajoute Froger, ils doivent assumer le fait qu'on évolue désormais dans le ventre mou. Si on est là, c'est qu'on a perdu trop de matches ».
Jean-Pierre Caillot en remet une couche : « Ce qu'on a vu ce soir est affligeant et triste. Dans la vie d'un président, il y a des moments de honte. Ce soir, c'en est un. On avait prévenu les joueurs de l'importance de ce rendez-vous, même si l'on ne doit pas brûler ce qu'on a adoré, je laisse à Thierry le soin de remettre l'équipe dans le bon sens. Vraiment, ce manque de motivation m'attriste ».
On en était là hier soir. Avec ce Stade qui patine et ce sourire compatissant de Cédric Daury, l'ex-joueur local aujourd'hui coach de La Berrichonne : « Je souhaite à Reims de continuer à se construire ». Dans tous les sens du terme.
Gérard Kancel



www.reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés