Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Reims-Cambrai (CFA 2) : 0-1


Coupe de France (8e tour)
Bécart la belle histoire


17-12-06 - Il n'a que 17 ans, n'a jamais goûté à un match de l'équipe première en championnat, mais, depuis samedi soir, fait partie de l'histoire de l'AC Cambrai. La Coupe est encore passée par là pour fabriquer l'un de ces contes que l'on retient à Noël.
En trompant Rigaud à la 81e, à la sortie d'une bonne passe de Kerrouche, Stéphane Bécart s'est également inscrit dans les heures sombres du Stade de Reims qui n'avait jamais chuté à domicile face à un adversaire classé 4 divisions en-dessous.
« Marquer était mon rêve depuis le début de la semaine », révèle, sans trop réaliser, le lycéen en bac professionnel commerce à Cambrai.
Effectivement, le coach nordiste Otis N'Goma l'avait appelé dans son groupe il y a quelques jours, lui réservant la surprise du déplacement dans la cité des Sacres pour vendredi soir : « Samedi matin, en fait, car il n'avait pas mon numéro de téléphone. ».
Mais le benjamin de la bande n'avait pas eu le temps de s'inquiéter, pris en main dans la semaine par un surveillant de lycée attentif, Guillaume Boda, accessoirement milieu de terrain aspirateur de ballons sur la pelouse de Delaune.

« Tiot fonce !»

Quant à David Di Liberto, entraîneur, qui le guide depuis le début de saison avec les autres 18 ans de l'ACC, il se trouvait à ses côtés sur le banc des remplaçants, lui-même inscrit en tant que joueur sur la feuille de match.
« Avant de rentrer, il m'a lancé « tiot, ne pense à rien et fonce » : une recette efficace pour le garçon qui hésite à sortir des discours formatés pour sa première prise de contact médiatique : « Le coach m'a fait confiance, je ne le remercierai jamais assez avec mon entraîneur des 18 ans. Et je n'oublie pas que si c'est moi le buteur, il y a 11 joueurs qui ont fatigué l'adversaire auparavant ».
Toutefois, fraîcheur de la jeunesse, il n'oubliait pas ceux avec qui il aurait dû partager un déplacement à Rennes le lendemain : « « Oui, j'aurai dû être avec les autres 18 ans du club. Je ne regrette pas de ne pas être avec eux vu la joie de ce soir, mais je pense à eux ».
Sûr que dans les conversations de ses camarades, au cours du déplacement vers la Bretagne, le nom de Stéphane Bécart reviendra plus d'une fois.
Hervé Musset




reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés