Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Le Havre - Reims : 1-0 Ligue 2


Doublement meurtri


Cédric Fauré a pourtant eu des occasions d'ouvrir le score. Boris MALARD
 

 


21-10-2006 - D'abord séduisants puis laborieux mais toujours combatifs, les Rouge et Blanc ont craqué à Deschaseaux. Dans l'ultime minute du temps réglementaire, payant, en prime, un lourd tribut en perdant Didot. Cela aurait pourtant pu démarrer de la plus belle des manières lorsque le ciseau retourné de Fauré, sur un service de Burle, filait de peu à côté (8e).

Fauré vendange
L'attaquant culotté se montrait en revanche maladroit trois minutes plus tard quand, lancé par Giraudon, il réussissait son contrôle dans le dos de la défense mais ratait la cible à 8 m seul devant Mandanda. La soirée aurait donc pu être belle mais cela se gâtait à la 20e quand Didot butait sur Medaci. Le capitaine y laissait son genou (sans que le Havrais ne soit coupable d'une agression), sa participation au match phare de mardi face à Monaco et, pire, nombre des suivants. Sa saison entière pourrait être hypothéquée.
Malgré ce coup du sort, les Stadistes ne perdirent pas le fil de leurs intentions. Venus avec un schéma inédit - Fauré et Baleguhé associés pour la première fois dès le coup d'envoi - en réponse au 4-3-3 surprise des Ciel et Marine, s'appuyant sur un Fauré mobile et un Burle puissant au milieu, ils ont produit du jeu. Pas assez encore aux yeux de Thierry Froger qui estimait que sa troupe avait « galvaudé des situations. On réussit des trucs de qualité mais il faut concrétiser. Nous ne sommes pas assez productifs et il ne faut pas avoir à le regretter ».

Fort Alamo
Avec les Hacmen, la menace plane toujours. Dès qu'ils parviennent à lancer leur jeu, ce que les Stadistes empêchaient souvent par un positionnement haut, le bloc rémois reculait de 30 m et Lesage (34e et 45e+2) en profitaient pour armer. Le canonnier des Maritimes étaient encore en action à la reprise (48e et 51e) alors que les esprits s'échauffaient. M. Grégoire, peu aidé par ses assesseurs et déjà connu pour être celui qui « cartonne » le plus en L2, dégainait et Baleguhé et Ielsch en firent les frais avec un carton qui les privera du voyage à Gueugnon.
Contraints de défendre, Barbier, devenu capitaine, et les siens voyaient Traoré manquer la cible de la tête (64e). Moins à l'ouvrage que Mandanda dans le premier acte, Liébus avait droit à une séance de rattrapage notamment sur une volée de Soumaré (87e).
Hélas, ce que Thierry Froger redoutait se produisit. Le Stade allait se mordre les doigts sur un centre de Traoré converti par un Lesage plein de spontanéité (90e). Dur pour des Rouge et Blanc qui, une semaine après les Tourangeaux à Delaune, ont connu les affres d'une fin cruelle.
Philippe LAUNAY

Thierry FROGER : « Je suis déçu car nous n'avons pas été récompensés de nos efforts mais les matches de haut niveau se jouent sur des détails. C'est une bonne leçon si nous voulons franchir un cap. Il faut savoir ne pas perdre. Mais le plus gros problème reste la blessure de Sylvain (Didot).
On se remet de la perte de trois points mais plus difficilement de celle de son meilleur passeur. Surtout que nous n'avons pas l'équivalent dans notre effectif ».

Thierry UVENARD (Le Havre) :
« En première période, nous avons été trop passifs. Sur la seconde, nous méritons de gagner. Les garçons ont été présents et joué les coups à fond face à une bonne équipe de Reims. Je suis malheureux pour Didot qui est un fin technicien »
.


Jean-Pierre CAILLOT :
« Nous sommes noirs mais je suis fier de mes joueurs. Ils se sont dépouillés. Vendredi dernier, les ultimes minutes nous avaient été favorables, pas cette fois, c'est le foot ».



reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés