Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Reims-Cambrai (CFA 2) : 0-1


Coupe de France (8e tour)
L'incroyable gâchis

 

 

 


17-12-06 - Inconstant dans l'effort, en panne d'inspiration, de motivation, Reims a gâché une belle occasion d'atteindre les 32es de finale, en se faisant sortir, sur son terrain, par une courageuse équipe cambraisienne.
Ca sentait le piège. Un début de soirée pluvieux, des gradins clairsemés, un public engourdi. Pour sa deuxième sortie de la saison en Coupe - la première à domicile - le Stade donnait d'entrée des signes de fébrilité.
Quarante-cinq minutes plus tard, on en était au même point. Rien de bien enthousiasmant à se mettre sous la dent et la désagréable impression que Cambrai était bien l'équipe annoncée : remuante, sans complexes et très disciplinée. Suffisamment en tout cas pour brouiller les plans stadistes.
Durant cette période initiale, Reims, manquant d'entrain et en panne d'inspiration, se signalait d'abord essentiellement sur coups de pied arrêtés : volée de Jeannel sur corner de Bonnal (13e), tête de Barbier sauvé sur la ligne après un corner de Tourenne (15e), tête de Baléguhé sur un coup franc de Bonnal (27e).
L'impuissance des joueurs locaux à contourner la défense mouvante nordiste, était manifeste. Sur un terrain collant, les enchaînements étaient bien trop lents pour surprendre les p'tits hommes jaunes bien regroupés autour de l'excellent Djohoré. Ainsi, Lundblad (30e) et Baléguhé (37e et 40e) semblaient avoir déjà perdu la bataille psychologique face à l'imperturbable Ngantchea.

Impuissance générale

En lançant Fontenette et Ielsch, en redistribuant quelque peu les cartes tactiques, Froger cherchait visiblement à réveiller sa troupe. Certes, le Stade prenait enfin le contrôle du match, sans toutefois parvenir à concrétiser ses nombreuses occasions. Djohoré continuait à régner en maître dans sa surface, allant même jusqu'à dévier in extremis une reprise de Baléguhé que tout le stade voyait au fond (60e).
« Céédriiicc », s'égosillait le speaker. On entamait le dernier quart d'heure lorsque Reims sortit son buteur du banc. Était-il encore temps d'inscrire ce but salvateur qui devait lui éviter la prolongation ?
Fauré bousculait certes une arrière-garde qui courbait l'échine sans toutefois vouloir céder, mais le manque général de lucidité dans la dernière passe plombait ses louables intentions.
Le pire était à venir pour des Rémois sans jus, sans carburant, sans imagination. Profitant d'une bévue de Barbier, Bécart le joker cambraisien, se jouait de la charnière locale avant d'aller battre Rigaud d'une pichenette (81e).
Ce but d'un appelé de dernière heure, évoluant habituellement avec l'équipe des 18 ans, scellait bien avant l'heure le destin 2007 des Stadistes en Coupe.
Le siège se poursuivait. Un tir de Baldé était dévié par. Lundblad en corner (76e), Baléguhé par deux fois (81e et 88e) manquait l'immanquable, symbolisait à lui seul la maladresse de son équipe.
M. Cotrel pouvait alors libérer les héros nordistes et leur coach, le théâtral Otis N'Goma, hurlant sa joie au milieu de la pelouse de Delaune.
Les Rémois, eux, se remettront-ils un jour de cette grosse bêtise ?
Gérard Kancel


Thierry FROGER : « C'est la déception du résultat, et surtout de la manière. On fait partie des cancres de ce tour. Nous mettons l'adversaire en confiance, on se crée quelques occasions à peine franches, on joue pour jouer, pas pour se qualifier. Il n'y a pas eu assez d'enchaînements, pas assez d'efficacité.
Les consignes tactiques n'ont pas été respectées. Il ne fallait surtout pas prendre de but, passer par les côtés pour contourner leur défense axiale à trois joueurs. Mais les centres ont été très moyens, trop moyens de la part d'une équipe de Ligue 2.
Maintenant, il va falloir revoir l'organisation de janvier, car cette élimination nous enlève beaucoup de choses. On s'est peut-être trop focalisés sur le match de Rennes
».



reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés