Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Guingamp - Reims : 0-0 (Ligue 2)


Forgé dans la douleur

Une première très intéressante pour Siaka Tiéné ici face au capitaine du FCG, Philippe Corréia. G. DUFOUR / Le Courrier de Saône et Loire
 

 


C'est un fait de l'histoire, Reims ne s'est jamais imposé à Gueugnon. Si la statistique s'est confirmée hier soir, les Marnais ont payé au prix fort une série d'invincibilité qui dure néanmoins depuis sept ans, car Jeannel et Barbier ont quitté prématurément leurs partenaires.
Avec seulement trois points d'avance sur Créteil, premier relégable, les Gueugnonnais semblaient pourtant soumis à une obligation de résultat. Mais dans un stade Jean-Laville bien vide, où ils ont déjà concédé quatre défaites en sept rencontres, les Bourguignons s'installaient dans leur configuration préférée : un 4-5-1 orienté vers le contre.

De la casse en défense
L'option choisie par Zvunka avait le mérite d'offrir la première occasion quand Corréia trouvait la tête smashée de Niflore sur laquelle Liébus se couchait parfaitement (7e). Le seul arrêt du gardien champenois en première période...
Le reste du temps, Reims a maîtrisé le ballon... sans se montrer dangereux pour autant. Après un tir lointain de Fauré oubliant Féret à sa droite (10e) et une frappe de Tiéné captée par Peiser (21e), Féret manquait l'opportunité d'ouvrir le score lorsqu'il interceptait une passe en retrait de Tsoumou, mais Peiser l'obligeait à s'excentrer (23e).
Plombé par la plus mauvaise défense du championnat, timoré dans la construction, Gueugnon s'affirmait sur les renversements de jeu. Parti dans le dos de Giraudon après avoir été alerté par Colleau, White adressait ainsi un centre au cordeau pour Niflore, qui plaçait sa reprise au-dessus (14e), avant d'ajuster lui-même une tête hors du but de Liébus (22e).

Domination stérile
Les premiers frimas de l'automne allaient malheureusement causer bien des soucis à Froger, contraint de composer une charnière Burle-Baldé inédite après les blessures successives de Jeannel (40e), déjà suspendu mardi pour la réception de Strasbourg, et Barbier (57e).
Aussi, la physionomie ne ressemblait plus du tout à celle d'une première période conclue par une volée cadrée de Tiéné (35e), car les Bourguignons se montraient désormais plus pressants, à l'image d'une échappée de Niflore terminée par une frappe écrasée de White (52e), le meilleur buteur gueugnonnais (4 buts).
Une fois les réajustements tactiques digérés, le Stade reprenait une possession toujours stérile, car pas plus Lundblad que Baldé n'inquiétaient Peiser (62e et 67e). Alerté en profondeur par Nzigou, l'attaquant suédois s'accordait un second duel que le gardien bourguignon remportait avec brio (80e).
La réplique intervenait du tac au tac par les jeunes forgerons : Acédo centrait en retrait à destination de Carlier, qui écrasait sa reprise (82e).
La tension montait en même temps que le mercure dégringolait. Les Rémois réclamaient ainsi un penalty quand Maspimby était repris (irrégulièrement ?) dans la surface à l'abord du temps additionnel, mais ils devaient finalement se contenter d'un nul ni franchement déshonorant ni pleinement satisfaisant.
Cédric Goure

REIMS : Liébus ; Fontenette, Barbier (cap) (Lundblad, 57e), Jeannel (Baldé, 40e), Giraudon ; Burle, Tourenne, Nzigou, Tiéné, Féret (Maspimby, 66e) ; Fauré.



reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés