Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Libourne - Reims : 2-3 Ligue 2


Le Stade fait sauter le bouchon


Trois buts à eux deux : Féret-Fauré, les « FF » flingueurs ont encore frappé. Christian LANTENOIS
 

 

09-12-2006 - Dans des conditions météorologiques exécrables (trombes d'eau et vent violent) à ne mettre ni un Pingouin ni même un arbitre en grève (pour revendication salariale, le coup d'envoi ayant été d'ailleurs donné avec quasiment un quart d'heure de retard) dehors, Reims a remporté son premier succès de la saison hors de ses bases.

Déranja dérange

Les Stadistes, qui se seraient bien passés d'un tel match quatre jours après Caen avant le coup d'envoi, ne doivent finalement pas regretter qu'elle ait pu aller à son terme. Si les jambes seront lourdes ce matin au réveil, le retour (en train) vers la Marne s'effectuera avec des esprits libérés d'un poids qui commençait à devenir pesant.
Pourtant, d'entrée, les Rouge et Blanc étaient bousculés par des Girondins plus entreprenants qui obtenaient pas moins de six corners en l'espace de douze minutes. Mais, Douence échouait par deux fois (5e et 13e). Il ne cadrait pas sa tête dans un premier temps puis trouvait les bras de Liébus ensuite.
Les Rémois tentaient, eux, de passer par les côtés. Sur un centre de Maspimby, le ballon passait devant Fauré, trop court, et Ielsch se jetait au deuxième poteau, sa reprise passant au-dessus de la transversale de Salin (10e).
Le petit milieu de terrain stadiste, qui avait retrouvé son côté gauche, tentait ensuite sa chance des vingt-cinq mètres, sans plus de réussite (14e). Avant que Fauré ne parvienne pas à couper un centre de Bonnal (17e).
Après une première alerte signée Deranja dont la reprise rasait le poteau droit de Liébus sur un mauvais renvoi de Barbier (25e), les Champenois, qui auraient pu également ouvrir le score par Ielsch sur coup franc, se faisaient surprendre à la demi-heure de jeu. Polovanec prenait de vitesse Baldé puis centrait sur Deranja qui ne se faisait pas prier pour tromper Liébus.
L'attaquant croate venait d'inscrire là son huitième but en championnat, son neuvième en six matches. Mais, dans le duel des buteurs, les «FF» flingueurs rémois ne voulaient pas être en reste. Et ils faisaient fort ! Féret (7 buts) égalisait juste avant la mi-temps d'une astucieuse reprise sous la barre de Salin (41e).

« Féfé » régale

Et que dire de son ouverture au millimètre, après avoir éliminé son adversaire direct, pour Fauré (8 réalisations) qui, cette fois-ci, ne ratait pas la lucarne, contrairement à lundi (54e). « Féfé » pouvait demander à sortir aussitôt derrière (blessure ?). Une nouvelle fois, il avait placé son équipe sur la bonne voie.
Sous une pluie qui redoublait d'intensité et sur une pelouse à la limite du praticable, le Stade pouvait se permettre alors de jouer le contre. Sur l'un deux, lancé par Maspimby, Fauré ajoutait une unité à son compteur et assurait quasiment la victoire aux siens. Même si Deranja, neuf buts lui aussi, relançait le suspense à un peu plus de dix minutes de la fin.
Malgré quelques frayeurs dans les arrêts de jeu, le Stade tenait finalement le coup pour ce qui restera comme la soirée des premières. Un premier succès à l'extérieur pour les Champenois qui en appelle d'autres, évidemment.
Sylvain POHU

Thierry FROGER : «  Les conditions de jeu étaient très difficiles. On peut d'ailleurs féliciter l'état d'esprit des joueurs. Il n'a pas eu de coups. Ca a été difficile d'attendre cette première victoire à l'extérieur si longtemps mais elle est venue sur un terrain où beaucoup d'équipes sont tombées. Nous sommes satisfaits.
Mentalement, les joueurs ont fait beaucoup d'efforts. Ils ont été récompensés. On a marqué trois buts. Ce qui est dommage c'est que le deuxième but que nous encaissons aurait pu être évité, mais c'est comme ça.»




reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés