Horoscope Météo Télé Loto Annonces gratuites
Abonnement Contact Infos légales Impôts








•  Sports


Dambury, le retour du guerrier

Ce soir en terrain lorientais, le milieu rémois entend donner, comme à son habitude, le meilleur de lui-même.


Après une éclipse de dix mois, Claude Dambury a repris sa place chez les Rouge et Blanc. En 163 minutes (73 à Troyes et 90 contre Angers), le Guyanais a conquis son monde.
Malgré un genou qui ne le laisse pas encore tranquille, « Claudio » n'a rien perdu de son art de la bagarre. Il pourrait être le joker d'un Stade qui se présentera à Lorient « pour un exploit ».

Claude, vous avez été crédité d'une bonne sortie à Delaune. Comment avez-vous vécu ce retour ?
« J'ai éprouvé de bonnes sensations. Cela m'a fait plaisir de renouer avec le terrain, à Troyes puis face à Angers. On me dit que j'ai fait un bon match. Il faut confirmer. Un seul ne suffit pas. Revenir à la compétition était un souhait. Je voulais être prêt pour la fin de saison. »

Avez-vous eu peur de ne jamais pouvoir rechausser les crampons ?
« Des personnes m'ont enterré. Cela m'a motivé. Je suis un gagnant. Je déciderai seul du moment où il faudra stopper. Ni la blessure, ni un médecin ne me dicteront ma conduite. Tant que le mental est là, que j'ai toujours du courage, je continue. Le jour où ce sera difficile, j'arrêterai. Pour l'instant, je suis tout nouveau dans ma tête. J'ai encore un peu mal, mais le plaisir de jouer est là et je me sens prêt à relever des défis. »

Aider au maintien du Stade en est un. A combien de points se situe-t-il ?
« Je ne calcule pas comme cela. Pour moi, nous disposons de cinq points d'avance sur le 18e. Nous avons les cartes en mains et je suis confiant car personne, ni les joueurs ni le staff, ne va lâcher. Cela se voit à l'entraînement. Tout le monde consent les efforts. Je ne vois personne faire semblant. Le travail va payer. »

Lorient croule sous les absences (*). Est-ce l'adversaire idéal pour se relancer ?
« Les Merlus aiment développer du jeu. S'ils mettent le feu, cela sera délicat. D'autant que leur public est derrière eux. Il met la pression sur l'adversaire. Pour ma part, je ne tremble pas. Lorient a besoin de points comme nous. Ce match est important pour lui aussi. Un nul serait une bonne affaire. »

La défaite de l'aller (1-4) est-elle gommée ?
« Nous avons de l'expérience. Si Lorient veut gagner ce match, il devra venir le chercher. Le FCL est prévenu. Je connais Benjamin Genton, un excellent joueur avec qui j'ai joué à Créteil. C'est aussi un bon copain d'Alex Barbier. Et puis, il y a Baky Koné. C'est un pote d'Amara Diané. A chaque fois qu'il l'a au téléphone, je lui dis de l'allumer un peu. »

La semaine a-t-elle permis d'effacer la frustration de vendredi et ce retour d'Angers sur le fil ?
« Le penalty nous a fait mal. Nous reculions pour contrer le jeu long et, peut-être aussi, parce que nous avions raté des occasions. Mais, il faut positiver. Nous avons produit du jeu. Il y a eu de bonnes choses et nous avons pris un point. Il faut retenir cela. »
Recueilli par Philippe Launay

(*) Entre blessés (Coué, Marveaux, Diop, Le Garrec, Boutruche, Flégeau) et suspendus (Medjani, Scaramozzino), huit joueurs sont sur le flanc.


reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés