Horoscope Météo Télé Cinéma Loto
Abonnement Contact Infos légales Calcul de l'impôt sur le revenu Annonces légales








•  Bastia-Reims : 1-0 - Ligue 2


Le désert sur l'île

04-08-06 - Trop laborieux dans la mise en place de son jeu, le Stade s'est pris les pieds dans le tapis usé de Furiani. Didot et les siens s'étaient montré agacés par l'état de cette pelouse indigne de la L2. Peut-être y ont-ils laissé une part d'agressivité? A dix pendant 82 minutes, les Bastiais, plus hardis, ont eu moins d'état d'âme dans un contexte aussi chaud que craint.
D'ailleurs, à l'opposé d'une sono crachotant des airs style vaguement I Muvrini, le Sporting apparaissait moins poussif. Il exerçait une pression d'entrée. Comme prévu.

Bastia à dix...

Liébus intervenait dans les pieds d'André (7e). Un tournant suivi aussitôt d'un autre. Sur le corner, le Stade amorçait un contre stoppé sauvagement par Gomez, s'en prenant à Féret.
En supériorité numérique, les Rouge et Blanc n'en menaient pas large pour autant. Mendy, trop collectif, gaspillait une munition (10e) et Bastia amenait encore des balles dans le rectangle. Trop aux yeux de Thierry Froger. Il y avait encore des réglages à opérer et Barbier comme Giraudon étaient recadrés.
Dans le registre offensif, seul Féret créait. Leca, d'abord illégalement mais sans carton puis avec autorité (16e et 22e), se mettait sur sa route.

... Mais efficace!

Fauré avait, lui, des problèmes de cadrage même quand Féret le plaçait idéalement (23e).
Un rendement insuffisant pour une équipe à onze contre dix. Reims, maître du ballon mais stérile, victime du syndrome qui touche l'équipe au complet ? Sans doute.
Et le SCB enfonçait le clou sur un... corner stadiste. Le futé André récupérait et lançait Mendy. Le « nouveau Zimako », selon Furiani fan de son sprinter, après un cadeau de Bonnal, débordait Liébus (1-0, 42e).
Sûr qu'il fallait aborder le second acte avec plus d'allant surtout que Bastia sacrifiait Camadini, blessé. Impatient dans sa construction, le Stade ne tirait pas profit de cette donne. L'abus de longs ballons n'est pas recommandé.
Il était temps de tenter quelque chose côté marnais pour garnir la colonne « occases ». Baleguhé remplaçait donc Bonnal mais s'illustrait par une reprise dévissée (62e).
De l'autre côté, Née (65e) Ð remplaçant Ben Saada pas loin d'obtenir un penalty devant Barbier (59e) Ð puis Barthélémy (67e) attrapaient le cadre.
Fauré aussi sur une volée (71e) mais l'ensemble, pourtant passé en 4-3-3, restait trop imprécis. Les têtes baissées et les bras ballants dans les dix dernières minutes en disaient long. La troupe de Froger n'a jamais su se mettre dans le bain bouillant insulaire.
Philippe Launay



reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés