Horoscope Météo Télé Loto
Abonnement Contact Infos légales Impôts








•  Sports


La délivrance



Dernier match à la maison et rencontre à l'enjeu considérable. Delaune avait fait le plein hier. On ne ressentait, malgré tout, pas de crispation excessive durant les premiers échanges.
En 4-3-3, Reims prenait résolument les choses en main et allait trouver rapidement la récompense de ses efforts. Après un ballon gagné sur la droite, Dossevi centrait pour la tête décroisée de Diané, hors de portée d'Enjolras (1-0, 13e).
Dossevi pour le break
Clermont qui n'avait fait que montrer le bout des crampons jusque-là Ð en jouant rapidement vers l'avant où traînait le grand Poyet Ð, réagissait sur l'engagement. Didot dégageait en catastrophe en corner sur un centre de ce dernier.
Tingry captait facilement une frappe écrasée de Brando (19e). Jean-Claude Cloët faisait signe à ses hommes de ne pas trop reculer, tendance légitime dans ces conditions. Didot s'ouvrait le chemin du but mais son tir était contré (22e).
Attention à ne pas s'oublier non plus. Comme après cette frappe contrée de Delmotte où la couverture faisait défaut.
Les Auvergnats reprenaient des couleurs après la demi-heure alors que l'orage approchait, se procurant plusieurs corners et générant quelques situations tièdes dans la surface. Tingry bloquait sans souci un coup franc de Tabet (34e).
Après cette période de léger flottement, les Rouge et Blanc donnaient heureusement le coup de rein nécessaire pour conforter leur précieuse avance juste avant la pause. Si Enjolras s'était emparé de la volée de Viale (42e), il assistait impuissant au coup de tête de Dossevi sur un corner de Cazarelly, consécutif à un coup franc puissant de Delmotte détourné par le portier (2-0, 45e+2).
Les Bleus visiteurs qu'une défaite condamnait au National étaient décidés à vendre chèrement leur peau. Face à des Stadistes statiques, ils venaient frapper deux fois à la porte. Barbier écartait devant sa ligne après un échange dans la surface entre Poyet, Tabet et Hauw à la frappe (49e).

Orage, ô espoirs !
Puis à la suite d'un contre favorable, Brando se présentait face à Tingry qui sauvait (50e). Sous les coups de tonnerre et une pluie battante, le même « Tintin » répondait encore superbement présent sur un coup franc de Darbelet (61e).
Les Rémois se battaient comme de beaux diables, subissant peut-être un peu trop, jouant en contres. Mais personne ne leur en voulait car orage, ô espoirs ! le temps s'écoulait. Et il y avait des espaces à exploiter. Diané, virevoltant, lançait Dossevi qui était stoppé in extremis dans la surface par Loties (65e).
Boutal servait Diané tout près du 3-0 mais Gas, bien revenu, le privait de ce bonheur devant sa ligne (73e). Cazarelly frappait au-dessus (77e).
Sur un contre, Dossevi mettait sur orbite Diané qui butait sur Enjolras. Au rebond, Delmotte envoyait sa reprise dans les nuages (81e).
Des nuages épais mais l'avenir rémois en L2 se dégageait. Encore un peu plus quand Diané finissait par inscrire ce fameux troisième but après que Delmotte eut échoué sur Enjolras (3-0, 84e).
Et surtout parce que Sedan avait fait le nécessaire face à Angers (ce n'est pas si souvent qu'un succès ardennais est aussi chaleureusement accueilli à Delaune !).
Le public pouvait exulter « On est en Ligue 2 ! » Il retrouvera en effet ses favoris à ce niveau la saison prochaine. Le déplacement à Créteil vendredi prochain devient anecdotique. Et tout le monde s'en réjouit !
Christophe Hébert


reimsvdt.com



Dernière heure
[Toutes les dépêches]

© L'Union de Reims 2002-2005 - Tous droits réservés